Samurai 8

Samurai 8 

Aïe, aïe, aïe… Quel drame que cette série…

La dernière fois qu’on en a parlé sur le site, c’était Fab qui vous dévoilait son avis assez optimiste sur la série et je dois avouer que j’étais également du même avis que lui. Et nous voilà, trois Tomes plus tard, avec une série qui n’aura plus jamais de nouveau Tome pour cause d’annulation pure et simple de la série. Qu’est-ce qu’il s’est passé pour en arriver là, me direz-vous ?

Il faut savoir, dans un premier temps, que c’est chose finalement assez courante au Japon de se voir priver de sa série quand les ventes et l’engouement du public ne suivent pas. On a également la preuve qu’être le papa d’un phénomène comme Naruto ne protège en aucun cas de la déconvenue. Et pourtant, avec le sort de l’œuvre désormais scellé, on peut effectivement se dire que ça ne sentait pas forcément très bon, et cela dès le début, quand on se penche dessus.

Comme le disait si bien Fab dans sa chronique initiale, on nous proposait un univers à l’étendue gigantesque, sans doute trop d’ailleurs, car aucune direction ne semblait véritablement se profiler à l’horizon, dans ce champ des possibles. Ajoutez à cela un univers complexe, difficile à appréhender et lourd en informations concernant les lois qui régissent les différents phénomènes propres aux Samouraïs, aux princesses, aux clés…

Bref, beaucoup, beaucoup à intégrer, très vite et de manière pas toujours naturelle, dans ce que l’on pouvait attendre d’un récit. Un projet ambitieux et intriguant, certes, mais peut-être justement trop ambitieux et pas assez travaillé en amont, afin de donner une forme digeste à l’œuvre qui aurait permis au plus grand nombre d’accrocher immédiatement. Car oui, et c’est là que c’est dommage, l’œuvre se termine quand, pour ma part, je commençais enfin à m’accoutumer à toutes les règles précédemment établies. Et voilà que ça se termine sur une fin pseudo-ouverte, frustrante, mais qui tente néanmoins d’offrir une résolution. Soyons honnêtes cependant, en cinq Tomes, la « Légende de Hachimaru » est bien loin de mériter son statut de légende, justement.

Vous l’aurez donc compris, je ne peux décemment pas conseiller cette série. C’était intrigant, c’était joli, mais dans l’état, le tout manque d’un intérêt véritable sur la durée pour justifier son achat, malgré son annulation (comme j’avais pu vous conseiller Mary Grave, également annulé en cinq Tomes, pour des qualités qui, justement, manquent dans Samurai 8). C’est tout simplement du gâchis, et je me sens navré pour Masashi Kishimoto, qui ne parvient décidément pas à se décrocher de l’ombre de son œuvre phare, Naruto. En atteste son retour à l’écriture du manga Boruto, remplaçant ainsi Ukyô Kodachi dès le Tome 13. Le monsieur se débrouillait jusque-là très bien sur Boruto, mais il semblerait que la reprise par Kishimoto était prévue bien avant l’échec de Samurai 8, donc ne le blâmons pas pour cela.

Quoi qu’il en soit, laissons cette triste histoire de côté et tournons-nous vers l’avenir. L’auteur a déjà fait ses preuves et n’est pas dénué de talent. Qui sait, peut être pourrons-nous retrouver un jour cet te œuvre sous une forme différente, même si j’en doute. En attendant, adieu Samurai 8, repose en paix.


  • Titre : Samurai 8 – la légende de Hachimaru
  • Tankobon broché : 200 pages
  • Editeur : Kana
  • Collection : Samurai 8 – la légende de Hachimaru –
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 978-2505082712
  • Prix : 6,85€

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.