Le premier Tome de Ninjak a été un coup de cœur, il était donc normal que les attentes soient élevées pour le second !

Dans ce Tome, intitulé Les Guerres de l’Ombre, Matt Kindt continue son approche du ninja de façon «James Bond croisé avec Batman”. Et je cette approche me plait terriblement ! De plus, il inclut plusieurs trames narratives dans le récit, qui s’entremêlent sans que ce soit vraiment trop pénible à relier pour le lecteur ! Mon cher Matt, bravo !

Donc, suite au premier Tome et après avoir infiltré l’organisation de fabrication d’armes, Ninjak passe à l’action et enlève les membres restants des “Sept Ombres”. Évidemment ce n’est pas aussi facile que prévu, car ces individus sont les plus puissants et les plus connectés de la Planète. Alors même avec les nouvelles ressources en relation avec sa position de chef, rien ne lui garantit la victoire !

À la lecture de ce Tome, j’y ai vu beaucoup de références, surtout par le découpage du récit, qui nous pressente une histoire/aventure différente pour chaque membre des 7 ! Par exemple, j’y ai retrouvé une forte influence de Kill Bill ou d’un film de Bruce Lee, et ça grâce à Raul Allen, qui nous livre des planches superbes et un découpage très orienté action ! Encore une fois, j’adore les pages détaillant les gadgets de Ninjak !

Tout au long du récit, Raul Allen marie son coup de crayon à l’histoire que Matt Kindt nous narre. Les deux sont juste faits pour être ensemble ! Donc, deux solutions s’offrent à nous : soit c’est le hasard qui fait bien les choses, soit l’association des 2 artistes a été murement réfléchie ! Et c’est tant mieux pour nous !

Aussi grands que soient les duels et les adversaires eux-mêmes, le point culminant de ce comics est à nouveau Ninjak, qui est le super espion ultime, avec ses gadgets ou ses compétences et surtout son adaptabilité à toute situation ! Une fois de plus, l’apparition des flashbacks de son enfance enrichit le personnage et nous guide sur le pourquoi-du-comment Ninjak est né ! Un vrai plus !

Alors oui, si comme moi vous avez bien compté, on note que, techniquement, seulement cinq des sept ombres ont été arrêtées. Sans doute que Kindt a laissé quelques indices qui reviendront plus tard et, sans se mentir, en tant que lecteur, je suis complétement pour ce genre de choses, surtout quand la qualité du titre est aussi bonne.

Vous l’aurez donc compris, Ninjak est dans la ligné directe du Tome 1 une merveille !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline