the-troop-1-cover-4eab481

 

Dans la jungle des éditeurs indépendants, Titan Comics est surtout connu pour ses licences (Dr Who, Assassin’s Creed, etc). Du coup, proposer une mini série en creator owned est un peu en-dehors de ses sentiers habituels. Sans être risqué, le pari peut sembler osé. Verdict!

 

 

 

the_troop__1_cove...-d9jgo0w-4eab48bThe Troop nous raconte l’histoire de méta-humains pourchassés par des soldats. Pas grand-chose d’original dans le pitch. Les personnages sont présentés au fur et à mesure et sont tous sauvés in-extremis par un homme mystérieux qui les regroupe au sein d’une « famille ». Bel hommage aux X-Men! Mais là où les sbires de Xavier vivent des histoires (presque) gentillettes, la narration de The Troop frappe un grand coup! On a carrément l’impression de se retrouver plongé au cœur d’un film d’action à gros budget tant ça pète dans tous les sens [Michael Bay, sors de ce corps!] Le ton est résolument adulte, tout comme le graphisme. Ça dégomme sévère, et l’éditeur n’a pas peur de nous montrer du sang, de la femme à poil, et du meurtre de gentils toutous.

 

Si la quête de ces nouveaux surhumains ressemble à celle de Xavier dans Giant Size X-Men 1, la structure de l’équipe se rapproche plus de celle des Quatre Fantastiques. Je pense effectivement qu’une femme de pierre (bien plus sexy que Ben Grimm) et un ado maîtrisant les flammes sont pour beaucoup dans cette comparaison. A voir sur le long terme si cette structure 4F se confirmera ou pas. Toujours concernant les personnages, j’avoue avoir un faible pour la fillette qui n’a lu que des dictionnaires médicaux tout au long de sa vie qui est capable d’infliger les pires maladies à qui elle veut.

stephanie-4eab493

Tout cet aspect cinématographique est certainement dû au scénariste du comics, un certain Noel Clarke. Bon, j’avoue que je ne le connaissais pas, mais il semblerait que ce soit un personnage de la série télé Doctor Who (dont l’adaptation est éditée chez Titans, comme je vous le disais). Et là où on pourrait craindre le pire, on se retrouve avec une histoire qui tient la route, pensée comme un film du début à la fin du numéro. Une très bonne surprise, donc, et un auteur à suivre dans le futur.

 

Et justement, un bon scénario ne serait rien avec des dessins pourris. Eh bien, ce n’est pas le cas! Joshua Cassara nous offre des planches de toute beauté. L’action est fluide et percutante, la dramaturgie respectée, et les dessins tout bonnement superbes. L’émotion est transmise au travers des planches, que ce soit lors des scènes de chasse à l’homme, ou des séquences plus intimes. Du dessin à la colorisation en passant par l’encrage, il n’y a rien à jeter. On sent quelques influences chez le bonhomme de Capullo et McFarlane, mais il y a pire comme référence.

troop-disease-4eab4a1

Je finirai par le plus gros défaut de ce comics : sa disponibilité. Ou plutôt son manque de disponibilité car, j’ai eu beau chercher, il ne m’a été possible de trouver en format papier que le numéro un. Et les numéros deux et suivants sont rares, même sur internet, où le prix de couverture a déjà doublé! Ils sont néanmoins disponibles sur comixology (mais chers quand même). Du coup, je n’ai plus qu’à attendre le TPB car je ne crois pas, malgré tout, à une sortie Française.

 

 

 

Catégories : Reviews VO

1 commentaire

Just Ale · 1 mai 2016 à 15 h 56 min

ça s’annonce vraiment comme une lecture intéressante. Je l’ajoute à ma wishlist =).
Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline