Immortal HULK – #1 à #33

IMMORTAL HULK

Eh oui, vous ne rêvez pas. Je vous parle d’un titre Marvel ! Incroyable me direz-vous ! Tout à fait ! Au même titre que la série !

Un peu à la façon de Saga il y a quelques jours, je vais vous parler de ma lecture récente qui traînait dans ma PAL depuis des mois, que dis-je… des années.

On va parler de Immortal Hulk de Al Ewing et Joe Bennett. Alors oui vous en aurez sans doute entendu parler autant que moi, mais si ce n’est pas le cas, je vais vous donner mon avis sur les 33 premiers numéros de la série.

IMMORTAL HULK qu’est-ce que c’est ? C’est Hulk, mais pas vraiment celui qu’on connaît. Alors certes, il reste vert, gros et il casse toujours tout, mais là il tend plus au monstre horrifique qu’au body-builder écervelé. On a donc une série basée sur un univers horrifique traitant de sujets très actuels, tels que la mort, les abus, la religion, etc. Surprenant pour du Marvel n’est-ce pas ? Du moins pour moi oui.

Lancé en 2018, il est clair aujourd’hui que Immortal Hulk se doit d’être dans votre bibliothèque.  L’histoire débute après la mort de Bruce Banner, tué par une flèche de Hawkeye (à voir dans la série Avengers).

Donc Immortal Hulk démarre tambour battant dans une station essence où un braquage tourne mal et une ado de 12ans meurt ainsi que Bruce Banner. « Mais t’avais dit que Bruce il était mort et là Bruce il est vivant, mais mort ». Je sais, je sais. Je vais y venir.

Donc Bruce est mort et fini à la morgue, mais quand le soleil se couche tel un vampire ou un monstre de la nuit, Hulk se lève ! Évidemment tout le monde se lève pour danette ! Plus sérieusement grâce à cette introduction, Al Ewing nous glisse un nouvel élément qui différencie le Hulk du Immortal Hulk. Ce nouveau Hulk n’est plus issu de la colère de Banner, mais de la mort. C’est un peu la réincarnation de la mort.

C’est donc sur ce postulat que nous partons dans un road trip en compagnie de Hulk. Baigné dans du gamma bien frais, Hulk traversera tout, de la terre à l’enfer, en passant par l’horreur et la terreur psychologique. Un peu de Lovecraft à droite à gauche, et un impact graphique très important qui joue aussi son rôle. Mais nous y reviendrons plus tard.

Immortal Hulk c’est plus que la colère et la rage, c’est plus le plus fort c’est celui qui casse tout. Ce road trip c’est surtout l’occasion de confronter Hulk à qu’est-ce qui est bon/qu’est-ce qui est mauvais. C’est un axe de réflexion totalement différent et inhabituel qui apporte un nouveau visage au Hulk et à son univers.

Cet univers justement, tranche de ce que l’on a déjà vu, on est bien loin des séries classiques de super héros où les grands combats épiques font la loi au scénario, ici on en sera presque à une vraie histoire philosophique sur la vie et la mort. C’est un vrai renouveau sur Hulk et un bon bol d’air frais pour ce personnage.

Mais soyez sûr que si vous êtes un fan du géant vert, vous ne serez pas non plus dépaysé. Al Ewing et Joe Bennett glissent référence et clin d’œil tout en respectant l’ancien et en la modernisant avec de nouveaux éléments. Je pense notamment au client d’œil de la série TV du Hulk de Lou Ferrigno, ou la classique confrontation avec les Avengers ou la team de Captain Marvel.

Bref tout le monde y trouvera son compte. C’est un meltingpot de tout ce qu’on aime chez Hulk. Du sans-faute jusque-là !

Du sans-faute sur l’écriture, mais graphiquement, ça vaut quoi ? Ben c’est extrêmement solide, Bennett se surpasse, avec l’aide de Paul Mounts à la colo, et Alex Ross pour des couvertures qui fracasse tout (alors que je n’aime pas spécialement Alex Ross).

On ressent bien toute l’horreur, l’angoisse et la terreur de l’ambiance de la série au travers de chaque expression et de chaque case. C’est un savant mélange de poésie obsédante et terrifiante. Une sorte de mélange de John Carpenter et Stephan King s’en dégage, et vous le verrait très vite avec la personnification des monstres et personnages que Hulk va croiser tout au long de la série. Le gamma et son vert bien flashy sont omni présents et renforcent vraiment le tout.

C’est graphiquement du haut niveau. J’ai rarement autant apprécié sur un titre « mainstream ». C’est terriblement efficace et je valide à 100% ce style-là.

Voilà un peu tout ce qui me permet de vous dire : allez lire cette série pour laquelle il suffit juste de connaître Hulk, tout le reste vous sera livré sur un plateau au fil de la lecture et pour votre plus grand plaisir vous en prendrez plein la vue.

Sur ce, je vais continuer les numéros manquants et vous laisse quelques une de mes covers préférées ! à bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.