Godzilla – The Half-Century War

Godzilla – The Half-Century War

 

Bonjour et bienvenue à tous ! Aujourd’hui, on va aller voir l’un des plus célèbres monstres du cinéma avec la sortie chez Vestron de Godzilla – The Half-Century War, le 24 juin dernier, soit quasiment un an jour pour jour après les débuts de Godzilla chez l’éditeur !

Ce récit emblématique sur le Roi des Monstres est signé James Strokoe, auteur au style particulier, que vous avez pu voir travailler sur diverses séries comme Aliens : Dead Orbit, le Moon Knight de Jeff Lemire ou encore Orc Stain. On y suit le lieutenant Ota Murakami qui fait partie des militaires envoyés à Tokyo lors de la première apparition du kaiju en 1954. Ayant réussi à se démarquer (et à survivre, aussi), il sera embauché dans une unité spéciale, l’Anti-Mégalosaure Force ! Au fil du temps, et des diverses apparitions de Godzilla et de ses congénères, Ota et l’A.M.F. suivront à travers le monde ces monstres géants pour les arrêter et sauver les vies des pauvres humains qui se retrouveront sur le passage des kaijus. Par ailleurs, durant leurs missions, ils finiront par se retrouver face à un scientifique ayant trouvé le moyen d’attirer les créatures et qui sera prêt à vendre son arme au plus offrant.

Ce comic est tout simplement splendide ! L’histoire qui nous est présentée nous montre toute la vanité et la détresse de l’humanité face à des catastrophes naturelles que représentent Godzilla et et les autres Kaijus. Ota passera cinquante années de sa vie à poursuivre le Roi des Monstres sans pouvoir faire quoi que ce soit face à sa puissance destructrice. Puis, il finira même par se lier à cette créature qui l’aura obnubilé pendant si longtemps. En outre, James Stokoe profite de chaque chapitre pour mettre en image le carnage du passage des monstres dans un environnement urbain humain, sur de magnifiques double-pages. L’auteur nous offre alors un superbe récit bourré d’action et de catastrophes, accompagné par des illustrations qui rendent hommage au kaiju-eiga.

         Et au-delà de tout ça, le comic est une lettre d’amour à la licence Godzilla. On y retrouve plein de références à l’univers tout entier du Kaiju, mais aussi un bestiaire incroyablement fourni pour si peu de chapitres ! L’auteur parvient à faire rentrer toute une fresque de l’histoire du Roi des Monstres dans son récit de manière cohérente et sans y aller au forceps. En découle que le tome tout entier transpire d’un profond respect de l’œuvre d’Ishirō Honda et celles de tous les réalisateurs qui l’ont suivi, et apporte une intrigue aussi intéressante et profonde que le roman originel de Shigeru Kayama (disponible en français aux éditions Ynnis, pour ceux que ça intéresserait) ! C’est un véritable plaisir à lire, tout autant pour son côté généreux qui plaira aux amateurs de la franchise que pour son statut de véritable œuvre de science-fiction intelligente et bien écrite qui ravira les amateurs du genre !

         Je ne peux que vous conseiller de foncer lire ce titre, qui reste à mes yeux un véritable chef-d’œuvre faisant honneur à sa réputation de “meilleur comic book jamais réalisé sur Godzilla” ! L’évolution du personnage de Ota Murakami face à sa némésis est incroyablement bien mise en place et apporte au Roi des Monstres un récit aussi imposant que lui !

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.