Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, direction le Japon avec le manga de Takayuki Yamaguchi : Les 7 Ninjas d’Efu, paru chez Meian le 6 août dernier !

         Dans ce récit, Yamaguchi nous propose une relecture un peu surnaturelle et fantastique de la fin de la période Sengoku. Alors qu’Ieyasu Tokugawa a anéanti le château d’Osaka et le clan Toyotomi, afin de devenir le chef suprême et unique du pays, il lance une purge contre tous les survivants du clan vaincu. Distribuant des « sceaux du Bakufu » donnant à quiconque l’arborant la bénédiction de traquer et tuer les survivants du clan Toyotomi, la chasse aux exilés est lancée.

         C’est dans ce contexte que nous allons rencontrer les différents personnages. Les trois premiers chapitres du tome s’attardent sur le premier ninja, et les deux derniers entament le récit du second. Ainsi, nous allons probablement lire la genèse des sept ninjas d’Efu présenté en trois chapitres chacun ; soit déjà 21 chapitres uniquement pour de l’origin story. Et c’est là qu’apparaît ce qui pourrait être le gros défaut du manga. Comme il faudra présenter l’histoire et la création des ninjas d’Efu, il risque d’y avoir un petit essoufflement au bout d’un temps, l’histoire n’avançant pas forcément. Qui plus est, étant donné qu’il est expliqué dans le premier récit que pour devenir un Ninja Onshin, il faut mourir, puis ressusciter, cela semble indiquer que nous allons voir 7 fois le même genre de récit : on rencontrera un personnage ainsi qu’un membre du clan Toyotomi ; le premier va mourir dans des circonstances tragiques, pour ressusciter ensuite en Onshin et tabasser ceux qui l’ont tué. Les probables 21 premiers chapitres risquent donc de former un récit un peu trop linéaire. Cela dit, rien n’est absolument sûr après la lecture du premier tome, mais je préfère vous partager ma crainte.

         Néanmoins, malgré ce possible défaut si l’intrigue traîne en longueur, le premier tome se lit plutôt bien. Les personnages sont assez attachants (même si tous ne le sont pas) et leurs relations sont bien menées. Le côté surnaturel est bien dosé : il y en a assez pour rendre l’histoire incroyable, mais pas trop, ce qui ne rend pas le récit trop « improbable » non plus. Au niveau des dessins, Yamaguchi a un style très particulier, mais un talent certain. Les planches sont très détaillées et bien remplies, sans jamais devenir trop débordantes.

         Toutefois, Les 7 Ninjas d’Efu ne doit pas être mis entre toutes les mains et ne plaira sûrement pas à tout le monde. La violence sanglante et la nudité y sont très présentes. Cela dit, si ça ne vous dérange pas, vous pouvez essayer cette petite histoire qui revisitera de manière surnaturelle une époque importante du Japon.

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Les 7 Ninjas d’Efu – Tome 1
  • Tankobon broché: 196 pages
  • Editeur : Meian (Seinen Manga) (6 aout 2019)
  • Collection : SEINEN
  • Langue : Français
  • ISBN: 978-2368778937
  • Prix : 6,95€

    
HISTOIRE
75%
   
DESSIN
70%
    
COLORISATION
--%
    
CARACTÉRISATION
70%
    
AMBIANCE GLOBALE
70%
  

Catégories : Reviews Mangas