C’est reparti pour de nouvelles aventures manga avec Infection, disponible chez Delcourt/Tonkam dans la collection Seinen à partir du 3 janvier 2018.

Le Seinen désigne une catégorie de publications dont la cible est, principalement, les jeunes adultes de sexe masculin.

Haruki, un lycéen, ne sait pas comment déclarer sa flamme à son amour d’enfance. Ses amis décident alors de l’enfermer dans la réserve du gymnase en compagnie de l’élue de son cœur. Malheureusement, il se retrouve coincé en compagnie de Kirara, une petite effrontée qui n’a pas froid aux yeux [ni ailleurs]. Les heures et les jours passent et les deux ados sont pris au piège dans la réserve, jusqu’à ce qu’ils découvrent une sortie providentielle. Dans leur lycée étrangement silencieux ils vont rencontrer leurs camarades transformés en zombies !

Au scénario et au dessin, Tooru Oikawa nous livre une nouvelle histoire d’infection mystérieuse, s’en prenant, cette fois, à des lycéens. Ce premier Tome ne s’appesantit pas sur le pourquoi du comment et nous présente les personnages principaux de façon plutôt intelligente. En effet, les deux protagonistes principaux sont les seuls présents durant le premier acte, dans la réserve. Cela permet une identification plus forte pour la suite. Enfin, surtout pour les mâles, Kirara se promenant en permanence en string. Oui, oui, même dehors et devant tout le monde. C’est la première fois que je vois une héroïne de B.D assumer pleinement de se promener le cul à l’air. Comment ? Vampi-qui ? Psy-chose dessinée par Jim Lee ? La plupart des super-héroïnes des années 90 aussi durant l’ère des « Bad Girls » ? Rien de neuf, donc.

Au niveau caractérisation des personnages, c’est assez manichéen, mais ça correspond à la cible. Tout comme le fan service niveau dessin : Kirara, encore. D’ailleurs, ça cause beaucoup, c’est un peu potache, à la American Pie, quoi ! Mais avec des zombies.

Les zombies (ou les porteurs comme ils sont désignés dans le manga), parlons-en, d’ailleurs ! C’est une belle réussite, et je dois avouer que je les trouve assez flippants. Ils ne sont pas lents ou en décomposition et, mis à part qu’ils se repaissent de chair humaine, on ne les différencie pas trop des autres élèves. Hormis qu’ils ont des asticots qui leur sortent de la bouche et des yeux. Et ça, c’est assez dégueulasse.

Pour le reste du dessin et de la mise en page, c’est assez classique pour un Seinen et les filles sont jolies et bien dessinées. Le tout est sans grandes envolées graphiques, mais est cohérent tout au long du Tome.

Du zombie et du manga, ça a de quoi faire peur (au sens bibliophile du terme) et intriguer en même temps. Je dois avouer que ce premier Tome est assez réussi, si on exclut le côté « je montre mon cul » de l’héroïne. Bien que, même là, l’auteur trouve une utilisation assez incongrue à la chose… Du coup, j’ai bien envie de lire la suite. Pas pour mater ses fesses de papier, mais parce que, au final, la lecture s’est avérée agréable et divertissante.

Catégories : Reviews Mangas

1 commentaire

Cara · 5 janvier 2018 à 18 h 39 min

Merci Cycy, ça me donne encore plus envie de le lire!!!!
Bisous à l’équipe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline