Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, nous allons parler de la dernière intégrale de Green Lantern, sortie chez Urban Comics en fin de semaine dernière !

Enfin, le volume 4 de Green Lantern est disponible dans son intégralité, en France, et dans une seule collection ! Car oui, l’unique chapitre n’ayant jamais été proposé en France (le chapitre 63) nous est enfin présenté ; et si le reste de la série était déjà paru en France, c’était disloquée en plusieurs séries, différents formats, et même différents éditeurs ! En effet, bien que la plupart de la série avait été reproposée par Urban Comics depuis l’arrivée en kiosque de Green Lantern Showcase en mars 2012, certains chapitres n’avaient jusqu’alors été présents que dans les kiosques 63 à 65 de DC Universe, édité par Panini Comics, fin 2011.

Personnellement, avant de vous proposer cette review, je me les suis tous refait dans l’ordre, et je peux vous le dire : c’est vraiment plaisant ! Pouvoir enfin lire la série complète d’une traite, voir plus clairement les éléments de récits proposés par Geoff Johns afin de nous préparer à la suite des événements, et voir son œuvre se former jusqu’à sa « fin » (sa véritable fin arrivera lors de l’arc du Premier Lantern, disponible dans la collection DC Renaissance). Toute la tension que Johns a mise en place au sein du Corps des Green Lantern arrive enfin à son paroxysme : les Gardiens n’ont plus confiance en personne, le Corps est soupçonneux, chaque Lantern fait ses affaires de son côté, conclut des pactes secrets, sans en informer personne. Et dans ce tome, toutes les tensions éclatent pour laisser place aux affrontements et aux disputes entre les membres du Corps, particulièrement entre nos quatre terriens ! Dans un premier temps, à la suite de Blackest Night, les différents Corps de Lantern vont se regrouper pour empêcher un mystérieux inconnu de s’en prendre aux entités de chacun ! Puis, dans un second temps, alors que presque tous les membres du Corps des Green Lantern sont corrompus par le mystérieux inconnu, nos quatres terriens vont devoir se retrousser les manches pour aider leurs collègues du Corps, et sauver les Gardiens. Le récit est toujours aussi bon et divertissant et se lit d’une traite avec plaisir !

Le seul défaut de la série, car il y en a un, c’est qu’en ne se focalisant que sur un auteur (en l’occurrence, Geoff Johns), on passe à côté des aventures se déroulant dans les autres séries (notamment Green Lantern Corps) ; et, au détour d’une conversation, le lecteur peut parfois être un peu perdu, car il n’aura pas lu les aventures dont parlent les protagonistes. Par exemple, les événements de Blackest Night et de Brightest Day (se déroulant entre les chapitres 33 et 57 de la série Green Lantern Corps) touchent énormément le Corps de Green Lantern, mais n’ont, à ce jour, quasiment pas été proposés en France (à ma connaissance, seuls les chapitres 39 à 46 ont été traduits par Panini Comics — soit 8 chapitres sur 25). Et c’est un peu déroutant d’apprendre que des choses importantes se sont passées sans avoir possibilité de les voir.

Qui plus est, malgré mon affection pour les collections liées aux auteurs que nous propose Urban Comics, je trouve dommageable le fait de ne pas pouvoir lire une histoire dans son intégralité. Et ce souci vaut autant pour la saga Green Lantern (où des éléments importants de l’histoire du Corps sont manquants) que pour d’autres séries. J’ai notamment en tête les Hellblazer de Garth Ennis dont le premier tome d’Urban nous proposait les chapitres 41 à 50 et 52 à 56 ; au milieu, le chapitre 51, écrit par un autre auteur (John Smith) était complètement occulté — ce qui correspond bien à la forme de publication d’Urban, mais qui frustre un lecteur qui aurait aimé lire les aventures de Constantine dans son intégralité. Et je trouve cela d’autant plus dommageable quand l’éditeur enfreint sa propre règle en casant des histoires d’autres auteurs afin de fournir un crossover complet ! Et c’est le cas dans ce tome 5 de Geoff Johns présente Green Lantern – Intégrale, dans lequel les récits de Tony Bedard et Peter Tomasi (représentant 6 chapitres sur les 21 du tome) ont été intégrés pour permettre la compréhension de l’arc La Guerre des Green Lantern ; mettant au passage le doigt sur le gros défaut de la collection.

Enfin, information assez importante : prévue à la base en 5 tomes, la série comptera finalement 7 tomes, afin de proposés les vingt premiers chapitres du volume 5 de Green Lantern, déjà paru chez Urban dans les quatre tomes Green Lantern de la collection DC Renaissance, ainsi que dans les 21 premiers kiosques Green Lantern Saga. Aucun chapitre inédit n’a été annoncé, donc cela ne concernera que ceux qui n’ont pas déjà acheté les versions qu’Urban nous a déjà proposées (ou les collectionneurs qui voudront absolument la collection complète et uniforme, bien entendu) ! En tout cas, pour l’instant, aucune date de parution n’a été donnée, mais si Urban poursuit son rythme, le tome 6 devrait sortir au milieu d’année 2019 !

Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !