Les voyages dans l’espace temps m’ont toujours fasciné, pour cette raison Divinity m’a forcement attiré. En effet, si nous voyageons dans le temps pour modifier un instant précis dans le passé, est-ce que cela va changer quelque chose pour notre présent ?

Très clairement, le pitch est on ne peu plus classique et se découpe en deux parties. La première se passe durant la guerre froide, là, où pour une fois, on prend part du coté des Russes et non des Américains, la course à l’espace est lancée…

Divinity-A

Abram Adams est un orphelin, abandonné sur le pas de la porte du ministère Russe à la fin de la 2nd guerre Mondiale, il devient rapidement la pupille de la nation, de par ses aptitudes intellectuelles et physiques. Jour après jour, il est pressenti pour incarner le modèle soviétique pour une mission spéciale. Sa curiosité scientifique combinée à tous ses autres attributs fait de lui, la personne idéale pour cette mission.

Grâce à la cryogénie, les Russes ont comme idée d’envoyer une homme à la limite de la galaxie, là où les Américains eux, ne visent que la lune (non s’il vous plait pas Amel Bent !!!). Le seul problème de ce voyage, c’est le temps ! En effet c’est un voyage qui durera 30 ans. C’est pour cela que Abram est le candidat parfait, pas de famille, pas d’attaches, rien… Sauf que, vous savez très bien ce qu’il arrive des plans parfaits

Divinity-C

La seconde partie elle, se passe dans un époque plus moderne où nous retrouvons un nouveau protagoniste en pleine escalade en Australie. On a, à partir de ce moment là, un mélange de passé et de présent, qui nous narre une histoire peu claire, très certainement éclaircie dans les prochains numéros. Mais je n’en dirai pas plus, foncez le lire.

C’est un premier bon numéro, les dialogues de Matt Kindt sont percutants et ils sont accompagnés par les dessins de Trevor Hairsine qui nous livre de jolies planches. La série étant une mini en 4, on se doute que le rythme va monter crescendo pour un final qui sera très certainement, du moins je l’espère, superbe !

Une très bonne surprise encore une fois car Valiant montre des titres de qualité et ne déçois pas.

Je reviendrai sur d’autres titres de cet éditeur dans les prochains jours.

Review issue #1


1 commentaire

Cara · 25 avril 2015 à 11 h 15 min

Merci pour cette review, ça m’a vraiment donné envie de découvrir ce titre, tout ça me parait plein de mystère…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline