10364140_85998824...801165_n-4ed5fcaRetrouvons la petite là où nous l’avions laissée à la fin du Tome 1, gonflée à bloc après avoir vaincu le gang du poing. Ce Tome 2 tient-il ses promesses et quel est donc ce fameux projet Lummox ?

Cette fois-ci, Attoneen se retrouve à combattre (encore) le gang du poing. Mais un GdP 2.0, amélioré par des modifications génétiques leur ayant greffé de la technologie Lumienne. Mais ce ne sont pas les antagonistes principaux dans cette histoire. Ce sera un pilote de l’armée Française, ancien héros de guerre, ce qui ne l’empêche pas d’avoir des idées se rapprochant de celles des nazis… Et prêt à tout pour éliminer la menace que représente l’héroïne. Menace relayée par toute la presse ! Et ce pilote d’un Goldorak avant l’heure, qui écrase façon gros Hulk, va donner du fil à retordre à Attoneen… et à son père !

couverture-4ed5fe0Soyons franc, l’histoire ne casse pas trois pattes à un canard. Les combats contre le méchant mécha, dont le pilote est empoisonné par les radiations du moteur nucléaire, ça ne vole pas très haut. Tout comme les retournements de situations et l’aspect Peter Parker au féminin encore plus poussé que dans le Tome 1. Là où la parenté était justement subtile et agréable, elle en devient utilisée jusqu’à l’excès.

Et c’est la même chose en ce qui concerne la lutte pour la condition de la femme. Le propos militant (militantiste?) de Chloé est trop poussé. Du moins avec une vision 2016 de la chose. Sans rabaisser la lutte qu’ont dû mener les femmes dans les années 60, le propos trop insistant aurait tendance à la galvauder, car elle tombe dans la caricature.

10996378_97094252...132689_n-4ed5fe5Mais la caricature, c’est dans le personnage du colonel Guichard, sorte de rescapé des Expendables, pilote du robot Lummox et patriote fêlé, qu’elle explose et devient jouissive. On a affaire à un super Punisher, voire un Marshall Law sous acide, qui ne rêve que de défoncer la tronche à la petite héroïnette. Et c’est dans leurs combats, où ça démolit du bâtiment parisien à la pelle, qu’on prend le plus de plaisir.

Les dessins de ces combats insufflent d’ailleurs beaucoup d’énergie dans ce Tome 2 et permettent de contrebalancer les moments “mous” de l’histoire. Stéphane Brangier reste cohérent par rapport au premier volume et propose un découpage et une coloration classiques. C’est un peu dommage. Là où ça collait bien au Tome 1, celui-ci aurait mérité un peu de folie dans sa présentation. Néanmoins, le trait est agréable et ne dessert pas l’histoire. Par contre, mention spéciale pour les superbes couvertures à l’américaine (logo de la Comics Code Authority inclus) qui illustrent chaque chapitre. Elles sont superbes.

Pierre Boisserie arrivait à me faire rêver dans “Alien Intérieur”. Ce Projet Lummox, oscillant entre chronique sociale, espionnage dans un contexte de guerre froide, règlement de comptes extra-terrestre, et science-fiction, le tout sur fond de menace nucléaire propre aux années 60, attoneen-4ed5fd4sert un trop grand mélange des genres pouvant prêter à confusion [un peu comme ma phrase]. Du coup, on en perd la magie qui a pu se dégager à la lecture du Tome 1, et on se demande vers où l’auteur veut nous conduire. Surtout que la fin laisse des questions en suspens en attente d’un Tome 3… qui n’est toujours pas prévu !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline