Mon Coloc’ est une Gameuse : Tome 1

Mon Coloc’ est une Gameuse : Tome 1

Et si on parlait d’un vieux jeu vidéo, au lieu de se prendre la tête avec des lignes à lire ? Non ? Bon, eh bien c’est tant mieux, car Mon Coloc’ est une Gameuse Tome 1 mélange un peu les genres.

Dragon Quest X Online est un jeu vidéo MMORPG qui date déjà de 2012. Le manga qui nous intéresse est, lui, de 2015.

Takumi Satsuki est un hardcore gamer, totalement accro à Dragon Quest X Online, justement. Dans le jeu, il incarne un Plaisantrin fille, ce qui fait de lui un nekama. Dans sa guilde, Takumi fait régulièrement équipe avec Goro, un ogre plutôt bourrin. Et lorsque Goro se retrouve sans appartement, c’est en toute bonne foi que Takumi lui propose de venir habiter en coloc’ avec lui. Sauf qu’au moment de leur rencontre, il se trouve que Goro est en fait une fille ! Passé le moment de gêne et après quelques temps, les deux joueurs vont trouver une façon de vivre leur colocation sans que des considérations amoureuses viennent troubler leur entente. Jusqu’à ce que Goro (qui s’appelle en fait Miyako Okamoto) devienne de plus en plus fille et de moins en moins Ogre aux yeux de Takumi.

Allez, pas de mystère, on est dans un Seinen, mais je le catégoriserais plutôt en Shôjo. On sait ce qu’il va se passer dans la suite entre les deux héros, mais le trait « sentimental » n’est absolument pas forcé par Renjuro Kindaichi. Du moins, pas dans ce premier Tome, où le héros semble plutôt perdu et pas émoustillé, de se retrouver en compagnie d’une fille dans son appart’.

Niveau caractérisation, Kindaichi ne s’est pas vraiment foulée avec Takumi. Elle a pris l’archétype de l’otaku impressionné par les filles et ayant vécu un traumatisme dans ses années lycée. D’ailleurs, la seule nouveauté vient du fait que les héros ne sont pas des lycéens, mais ont un vrai boulot.

C’est plutôt dans le traitement des filles jouant aux jeux vidéo que la mangaka veut éveiller les consciences. Bon, elle enfonce un peu des portes ouvertes et sa diatribe sur le nombre de filles gameuses, etc, passe plutôt à la truelle.

Le véritable intérêt vient surtout de la différence de sensibilité des héros dans leur utilisation du jeu vidéo. C’est du coup Miyako qui est la véritable hardcore gameuse pendant que son coloc’ va faire des selfies sur la plage du nouveau maillot de bain de son avatar. Finalement, plus que de savoir s’ils vont se bécoter [ce qui va arriver, ne rêve pas], c’est plutôt l’évolution des personnages et l’influence qu’ils auront l’un sur l’autre dans leur manière de jouer qui s’avérera intéressante.

Côté dessin, Renjuro Kindaichi est plutôt appliquée. Le dessin est propre et j’ai particulièrement apprécié le fait d’avoir utilisé les avatars des héros dans le jeu pour les représenter dans le monde réel en début de volume. Pour le reste, c’est très propre et net, avec une mise en page très soignée, à la limite de l’obsessionnel dans la disposition des cases.

Si on pouvait ne pas en attendre grand-chose, Mon Coloc’ est une Gameuse s’avère assez frais et divertissant pour avoir envie de continuer l’aventure. Avec ses huit Tomes déjà parus au Japon, on imagine que de nombreux développements vont venir émailler l’histoire.


 

  • Titre : Mon Coloc’ est une Gameuse : Tome 1
  • Pages : 149 pages
  • Editeur : Delcourt/Tonkam
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 9782413039778
  • Prix : 7.99€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.