Bleed Them Dry

Bleed Them Dry

Des vampires ninjas du futur !!! Non, mais tu imagines ? Rien qu’avec ça, Bleed Them Dry avait mon adhésion à 100% ! Le truc, c’est qu’avec une telle accroche, il va falloir envoyer du pâté, du bois et du crucifix arrosé d’hémoglobine.

En 3333, dans la mégapole Asylum, les vampires et les humains cohabitent pacifiquement depuis des siècles. Un véritable séisme s’abat sur les deux communautés lorsqu’un tueur en série de vampires sème la terreur parmi les immortels. La détective Harper Halloway et son partenaire vampire, le détective Black, en charge de l’enquête, vont faire leur possible pour la résoudre au plus vite. Sauf qu’il semblerait que tout ne soit pas exactement ce qu’il y parait et qu’un complot soit ourdi pour mettre fin au statu quo entre les deux races.

Sur un concept d’Hiroshi Koizumi, le scénariste Eliot Rahal nous propose une histoire mêlant adroitement plusieurs genres. La vampirosité, d’abord et son interaction avec les humains dans un mode totalement Blade Runnerisé, évoluant en plus en pleine science-fiction. Le polar, ensuite. Cette série se centrant entièrement sur Harper Halloway, détective à qui on a confié la plus grosse affaire sur laquelle on puisse travailler, une affaire susceptible de faire s’écrouler l’équilibre entre humains et vampires. L’action, enfin. Mais une action où les protagonistes règlent leurs comptes à coups de sabres plutôt qu’avec des morsures dans la jugulaire. Mis à part le fun qu’apporte le pitch, il y avait vraiment de quoi craindre un gros bordel. Eh bien pas du tout. Le récit est maitrisé, bien écrit et propose un rythme de lecture ne découpant pas les chapitres en tranche en fonction du style, mais mixant agréablement le tout.

Les dessins de Dike Ruan nous transportent dès la première case à Asylum. On y croit. Son style à la fois dynamique et détaillé est un plaisir pour les yeux. Mention particulière à sa description de la mégalopole d’Asylum, à la fois tentaculaire et oppressante, mais donnant une véritable impression d’espace sur les vues de sa skyline. Même dans les scènes plus intimes, en intérieur où les personnages ne font que parler, les dessins de Ruan dégagent une vraie personnalité, ont un vrai impact.

Promesse tenue. Bleed Them Dry nous offre tout ce à quoi on s’attendait, voire plus. Il est rare qu’une quatrième de couverture fasse autant ressentir au futur lecteur ce qui va lui être proposé. Un volume à lire absolument.


  • Titre: Bleed Them Dry
  • ÉditeurHi Comics
  • LangueFrançais
  • ISBN-13 : 978-2378872052
  • Prix : 17,90€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.