“- Capitaine Stubing, vous savez, cette croisière, ça ne va pas être une partie de plaisir.

– Je sais, Gopher, je sais.”

En substance, voici ce qu’auraient pu se dire les protagonistes de La Croisière S’amuse en lisant le Tome 1 de Virus – Incubation, en sirotant un cocktail préparé par Isaac. Si cette introduction n’éveille rien en vous, passons directement au résumé.

Après Où est Charlie, jouons à Où est Guillaume? Car Guillaume, tout le monde le cherche. Enfin, surtout le gouvernement. Plus précisément, surtout l’équipe d’intervention d’un projet ultra secret de guerre bactériologique. Il faut dire que Guillaume s’est fait la malle avec la souche d’un nouveau virus pour aller prendre le large. Au sens propre du terme, vu qu’il est dans un bateau de croisière bondé, à répandre ses miasmes un peu partout. Ce qui devait arriver arriva, le virus commence à se propager. Quelle autre solution pour le gouvernement Français que de laisser les passagers livrés à leur propre sort, au large des côtes?

Avec ce premier Tome, Sylvain Ricard [sinon, rien] nous livre à peine la mise en place de son récit. Il nous présente les protagonistes, les enjeux, l’arc narratif principal, bref, tout ce dont le lecteur a besoin pour se plonger dans le récit. Les protagonistes, d’ailleurs, présentent néanmoins un côté manichéen, avec la bimbo écervelée, le scientifique repentant, les espions sans pitié, l’infirmière au grand cœur, etc. Et… Guillaume. On ne sait rien de ses motivations, il est totalement lisse, inexpressif. Pourquoi ce jeune homme veut-il absolument que le virus se répande? Là est la grande question du volume.

Ricard joue également avec une peur présente dans l’inconscient collectif, de se retrouver face à une pandémie qui, en plus, serait du fait de l’homme. On en a beaucoup entendu parler : ébola, le sida, la grippe aviaire… Tous ces virus ont un jour ou l’autre été soupçonnés d’avoir été créés par l’homme. L’air de rien, ça nous titille derrière les oreilles!

Au dessin, c’est Rica qui est aux manettes. Il nous propose un album en noir & blanc hyper léché. C’est propre, ça brille, ça sent le neuf! Trop neuf. J’aurais préféré une image un peu dégueu, moins travaillée qui, pour le coup, aurait plus collée au thème.

Pourtant, ils sont beaux ses dessins, mais pas trop. Ses personnages ont une légère tendance à l’hydrocéphalie et à avoir un faciès caricatural. Du coup, on se retrouve quand même plongé dans une ambiance un peu underground malgré tout.

Ricard/Rica nous proposent une série un peu en dehors des sentiers battus, jouant sur un style “série Z” que l’on retrouve aussi chez Glénat, dans la collection Flesh & Bones. Avec la qualité de papier en plus pour Delcourt. Avec un parti-pris un peu déglingos pour ce Tome 1, l’histoire incubant comme le virus de l’histoire, on espère que le Tome 2 nous fera faire le bond en avant dans le gore et l’horreur que l’on attend. Sans pour autant négliger la psychologie des personnages, huis-clos oblige!


  • Titre : Virus Tome 1 : Incubation
  • Album: 136 pages
  • Editeur : Delcourt (9 janvier 2019)
  • Collection : Neopolis
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 978-2-7560-8230-1
  • Prix : 18,95€

    
HISTOIRE
75%
   
DESSIN
70%
    
COLORISATION
--%
    
CARACTÉRISATION
75%
    
AMBIANCE GLOBALE
75%
  

Catégories : Reviews VF

Inline
Inline