Yamraj Universe N°1

Yamraj Universe N°1

Pour tous ceux qui ont été élevés au Strange, le format anthologie semble une évidence. C’est ce que nous propose l’éditeur Yamraj Comics avec le premier numéro de son magazine Yamraj Universe. Mélangeant adroitement épisodes du Golden Age, nouvelles créations françaises, remise au goût du jour de personnages libres de droits et créations étrangères, c’est une explosion de séries que nous propose ce premier numéro.

Golden Age

Un peu dans la même veine que ce qui nous est proposé dans Centaur Chronicles, l’équipe Yamraj propose des épisodes restaurés de séries du Golden Age. Et le résultat est plutôt bon. La restauration est propre et donne même parfois l’impression d’avoir été redessinée. Les couleurs ne sont pas trop criardes et adaptées aux planches. Un sans-faute.

Sur le contenu, on est, évidemment, sur des épisodes au scénario et à la mise en page datés, mais la traduction, si elle respecte néanmoins la version originale, est également adaptée à un lecteur contemporain. Du coup, cela réduit l’effet vieillot des histoires. De plus, les séries ne sont pas choisies au hasard et font écho à des épisodes contemporains reprenant les mêmes héros.

Séries importées

Deux séries importées sont publiées dans ce numéro, même si l’une d’elles est également une création originale. Attardons-nous donc sur Lagarto Negro, alias le Lézard Noir, de Gabriel Rocha, un super-héros brésilien qui cumule déjà plus de 20 ans d’existence. L’histoire proposée est très courte, mais a l’avantage de nous présenter le personnage et ses méthodes, sans avoir à s’appesantir sur sa longue existence éditoriale. Le dessin est agréable, avec une petite touche 90’s. Une belle découverte qui donne envie d’en voir plus sur ce personnage.

La seconde histoire, intitulée Virus est à la fois un import et une création originale de l’un des scénaristes maison : Antonio Pastucci. Associé à un dessinateur italien, Manton, ils nous proposent une histoire de science-fiction, mâtinée d’horreur, sans paroles mais au message graphique totalement compréhensible. Je l’ai classée dans la catégorie des histoires importées, uniquement à cause du petit message en italien sur la dernière case.

Séries originales

Là, c’est festival! Le nombre de séries et de personnages proposés est hallucinant. Il y en a pour tous les goûts, pour peu qu’on aime les super-héros. Captain Lazer, FreeJack et Viriato se partagent l’affiche avec de nouvelles moutures d’Amazona, Amazing Man, Devil Dead (le Golden Age Dare Devil), mais également quelques héros étrangers comme Bird-Man ou El Solares. Le concept intéressant de tout cet étalage de testostérone super-héroïque [hormis pour la belle Amazona] est que l’éditeur a créé un univers partagé. Toutes les rencontres sont donc possibles, certaines histoires passent d’une époque à l’autre. On sent que le concept a été pensé et construit pour être cohérent, à la manière d’un univers Marvel ou DC. L’univers Yamraj s’appuie également sur les histoires du Golden Age pour en donner une suite, directe ou pas, ou une relecture.

Au scénario, on retrouve surtout Antonio Pastucci, qui œuvre sur la quasi-totalité des séries. Ceci expliquant cela, on comprend ainsi mieux la cohésion qu’il peut exister entre toutes les histoires. Il est secondé aux dialogues et aux traductions par Pascal Erhard, qui assure également un gros boulot.

Aux dessins, Sergio Yolfa [que j’ai adoré sur The Gutter. Lisez-le aussi.], assure quasi-exclusivement la partie graphique. Et ça en fait des planches. Son style, légèrement caricatural, semble d’ailleurs être différent d’une série à l’autre, quand on y regarde de plus près. Les planches sont bourrées d’énergie, la mise en page, surtout des combats, donne une impression d’immersion dans l’histoire. En regardant de biais, certaines planches me font même penser à ce que peut nous proposer un certain J.Y Mitton. Si vous voyez de qui je parle…

Les colorations de Bruce Chérin et Bruno Citrugni sont à souligner, car elles restent bien dans un esprit comics.

D’autres scénaristes (Alexandre Lavaur) et dessinateurs (Orion) participent à l’aventure en s’alignant sur la même ligne éditoriale. On trouve également des dossiers très instructifs, toujours en lien avec les comics, ainsi que des fiches de présentation de chaque série.

Tout est donc parfait, me direz-vous? Je vais être honnête et répondre que non, car on peut toujours trouver des défauts. Néanmoins, il ne faut pas oublier que cette publication provient d’un éditeur associatif. Ce qui signifie que toute l’équipe est composée de passionnés et que, si je ne m’abuse, leur travail n’est pas rémunéré. Avec Yamraj Universe, on a donc entre les mains un travail de “pro”, réalisé par des “amateurs”. Et rien que ça, ça force le respect.

En conclusion, c’est une super découverte que ce magazine, qui est une vraie compilation de French Comics et une ouverture sur les productions indépendantes d’autres pays que les États-Unis. C’est également un véritable hommage à ces personnages de l’Âge d’or, souvent tombés dans l’oubli, et un moyen de raviver leur flamme pour les rendre immortels. À noter que le premier tirage de ce numéro est épuisé et que le second tirage vient d’être mis à disposition. La suite est en cours et devrait sortir prochainement, avec également au moins un numéro spécial de prévu.


  • Titre : Yamraj Universe N°1
  • Album: 180 pages
  • Editeur : Yamraj Comics
  • Collection : Anthologie
  • Langue : Français
  • Prix : 15€

Titre :

Album : 180 pages

Editeur :

Collection :

Langue : Français

Prix : 15€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.