The Hellbound – L’Enfer : Tome 1

The Hellbound – L’Enfer : Tome 1

Alors que la série débarque sur Netflix, il est bon de se pencher sur le manga qui en est à l’origine. Car oui, The Hellbound – L’Enfer, c’est un manhwa dont le Tome 1 , débarque chez nous. À vous de voir, ensuite, si vous le lirez avant ou après la série.

Certaines personnes sont destinataire d’un message leur annonçant leur mort prochaine. Le jour venu, des créatures sombres, imposantes et sans pitié démembrent les victimes de ces « damnations », pour ensuite les conduire en Enfer. En parallèle, un groupe religieux [une secte, en fait], Neo Veritas, cherche à comprendre et expliquer le pourquoi de ces damnations. Son gourou, Maitre Jeong, est persuadé que ce son des pécheurs qui sont victimes de la colère de Dieu. Il exhorte donc ses fidèles, mais également le reste du monde, à se comporter vertueusement et aider son prochain pour ne pas recevoir de damnation. C’est du moins ce qu’il dit à l’inspecteur Kyunghoon, qui enquête sur le phénomène, tout en embrigadant le fils de ce dernier dans sa secte.

Sangho Yeon nous propose un scénario tout en noirceur dans lequel on sent quelques influences dans le traitement de l’horreur, venues d’Outcast et de Seven. Du film de Fincher, justement, on retrouve cette ambiance glauque, pesante et morbide, qui vous fait vous demander quelle horreur va venir supplanter la précédente. Pas que Yeon nous propose une histoire ignoble et vomitive, mais plutôt qu’il s’amuse énormément avec le psychisme de ses personnages principaux. Dans son écriture, au rythme volontairement lent, il démonte tout ce qu’on peut croire avoir compris d’une page sur l’autre et ne donne finalement pas d’explication rationnelle.

Là où le rythme s’intensifie et où la violence monte d’un cran, c’est avec les Pointes de la Flèche, ces militants de Neo Veritas, extrémistes et violents. Pour eux, tous les pécheurs doivent être dénoncés et punis. Pour ça, tous les moyens sont bons et l’endoctrinement commence dès le plus jeune âge. L’auteur ne donne jamais la réponse à la question : agissent-ils sur les instructions de Jeong? Au lecteur de se faire son propre avis.

Cette histoire est servie par les dessins de Gyuseok Choi, qui nous propose un gros volume en noir et blanc, utilisant des dégradés de gris pour renforcer l’impact visuel. Si la composition des pages peut sembler assez linéaire, avec ses grosses cases un peu pépères, elle suit parfaitement le rythme de l’histoire. Cela permet de s’attarder sur les personnages, leurs actions et leurs émotions. Alors oui, les personnages paraissent souvent carrément inexpressifs. Ça pourrait être gênant si le rythme était un peu plus soutenu. Puis on se rend compte que ce ne sont finalement que Jeong et Kyunghoon qui présentent ce manque de réactivité faciale dans le dessin. Et là, ça rajoute une couche en plus à la caractérisation des personnages et au partenariat entre le scénariste et le dessinateur.

Ce titre prend le lecteur aux tripes, pour peu qu’on se plonge dedans. À la lisière entre le polar et l’horreur, les auteurs proposent une expérience différente des mangas « survival » auxquels je suis habitué, se penchant plus sur les personnages dans une construction contemplative de l’histoire. La fin de ce Tome 1 me semblant être déjà une fin de l’histoire en soi, je suis curieux de voir le contenu du Tome 2, prévu pour le 05 janvier 2022.


  • Titre: The Hellbound – L’Enfer : Tome 1
  • Volume :312 pages
  • Éditeur : Delcourt
  • LangueFrançais
  • ISBN-13 : Delcourt
  • Prix : 14.95

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.