TGS Springbreak 2016

Aujourd’hui, on revient avec une petite chronique concernant l’actu de la semaine dernière, car oui, cette semaine fut éprouvante : de Toulouse à Paris, du TGS a la PCE nous allons vous faire un retour sur ces deux événements !

J’attaque donc aujourd’hui avec le TGS, que je n’ai malheureusement pu faire que sur une journée.

IMG_9461

Et cette année, la chose qui m’a marqué, c’est que l’organisation a trouvé son rythme. En effet, dès les premiers pas dans le salon, le stand TGS Comics est là, trônant en plein milieu de la salle du Diagora, au petit matin. On est accueilli par l’équipe presse, qui nous oriente et nous donne toutes les infos nécessaires pour profiter pleinement de cette édition Springbreak 2016 !

Entre un petit tour de stand, un bonjour à Gourvy, qui prépare tous les comics pour les retardataires, et Katchoo qui, entre deux coups de pression, arrive à trouver le temps et le sourire pour nous offrir un café dont elle a le secret, l’édition est lancée. Le public arrive, les invités aussi !

Pour notre plus grand plaisir cette année, et grâce aussi à une entende avec la PCE, le TGS nous propose une tablée d’artistes plus qu’alléchante.

Pour vous donner une idée : Art Adams, Humberto Ramos, Dave Gibbons, Barry Kitson, Olivier Vatine, Xavier Fournier, Stephanie Hans, Claire Wendling, Joyce Chin, Maguerite Sauvage et surtout Paul Renaud, qui donne de sa personne pour l’organisation, tout en étant très disponible pour les fans. Tout ce beau monde était de part et d’autre du stand ! Je peux vous assurer que vous ne saviez pas où donner de la tête !

Le TGS c’est aussi des cosplayeurs que l’on croise au fil des allées, que ce soit en mode mangas ou en mode comics, tout le monde est là pour profiter de ce festival, échanger et rencontrer. C’est un vrai plaisir. La partie comics n’étant pas forcement le fer de lance de ce festival, elle n’est pas bondée. Je regrette cependant une chose, que je vois de plus en plus fréquemment au TGS particulièrement. J’appellerai ça “les chasseurs”, qui ne reculent devant rien pour avoir un free sketch ou même faire signer 70 comics par un auteur ; alors que certains enfants qui sont là pour découvrir ce riche univers et leurs idoles gagneraient à avoir un petit dessin. Ce genre de personne en arrive a m’énerver au plus haut point. Alors certes, Humberto Ramos faisait payer ses signatures, passée la première, et bizarrement sa file était vide… Pourtant, le monsieur est très accessible pour discuter. Cela a au moins cet avantage. Du coup, je me demande si, clairement, il ne serait pas judicieux, comme dans toutes les conventions, de faire des tirages au sort pour tenter de remporter un petit dessin, permettant ainsi de faciliter les signatures et la rencontre avec l’auteur ?

Mais bon, rassurez-vous, ce genre de personnes sont toujours les mêmes, peu importe les salons. C’est bien dommage car, après avoir discuté avec les artistes, c’est à cause de ce genre de personnes que les fans Français ont mauvaise réputation. Par curiosité, n’hésitez pas à leur poser la question.

Le TGS ce n’est pas que le comics. Au fil des allées on croise un petit peu de tout, comme cette jeune équipe Française qui lance un jeu de cartes connecté basé sur du NFC. Chose plutôt intéressant que je n’hésiterai pas a suivre. Mais entre les nombreuses boutiques de Pop, de T-shirts, on trouve des perles. Et cette année, pour la seconde fois, je suis tombé sur des créateurs de bijoux basés du côté de Aubagne “Nous sommes des héros“, dont tous leurs bijoux sont faits main, avec plusieurs thèmes qui me sont chers, bien évidement, sinon je ne vous en parlerais pas. Ils proposent la création de bagues sur le thème des super-héros ou sur le thème de mangas. On retrouve du Batman, du Wonder Woman, en passant par les Chevaliers du Zodiaque. Et au vu de la finition on voit qu’ils y mettent du cœur.

Tout ça pour dire qu’encore une fois, cette édition était vraiment géniale, bien que trop courte pour moi. J’ai dû faire le salon sur une journée, mais le service presse a réussi à placer mes demandes d’interview et je les en remercie énormément. Grâce à eux, j’ai pu rencontrer Art Adams, Humberto Ramos et Marguerite Sauvage pour leur poser quelques questions qui seront très prochainement disponibles.

Le TGS c’est aussi l’occasion de recroiser les copains et de rencontrer d’autres blogueurs qui, comme pour Chroniques Comics, partagent cette passion. Je pense notamment à l’équipe de Comicovore, les locaux de l’événement, ainsi qu’à l’équipe de planète B.D qui a fait la route ! En tous cas, ce fut un énorme plaisir de vous voir et j’espère à très vite !

Une fois de plus, ce TGS Springbreak est un succès et un réel plaisir ! Rendez-vous en novembre pour la prochaine édition et d’ici la restez à l’affût : bientôt, notre retour sur la PCE, qui sera suivi des interviews des artistes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.