Les 7 Ninjas d’Efu tome 2 et 3

         Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, on retourne dans le Japon féodal avec les tomes 2 et 3 du manga de Takayuki Yamaguchi : Les 7 Ninjas d’Efu, paru chez Meian les 6 août et 12 novembre dernier !

         Dans ce récit, Yamaguchi nous propose une relecture un peu surnaturelle et fantastique de la fin de la période Sengoku. Alors qu’Ieyasu Tokugawa a anéanti le château d’Osaka et le clan Toyotomi, afin de devenir le chef suprême et unique du pays, il lance une purge contre tous les survivants du clan vaincu. Distribuant des « sceaux du Bakufu » donnant à quiconque l’arborant la bénédiction de traquer et tuer les survivants du clan Toyotomi, la chasse aux exilés est lancée.

         Tandis que dans le premier tome, nous avions vu l’origin story d’un des 7 onshin, et que nous avions entamé celle du deuxième, nous reprenons ces tomes 2 et 3 dans l’attente de bientôt venir à bout les simples présentations de personnages. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Le tome 3 se termine au milieu de la présentation du 5ème onshin. Ce qui veut dire que le tome 4 sera encore complètement composé d’origin story, lui aussi. Et c’est là que mes craintes se justifient : comme il faut présenter l’histoire et la création des ninjas d’Efu, le petit essoufflement que je redoutais arrive. L’histoire n’avançant pas beaucoup, les personnages vivant presque tous le même genre d’histoire (des gens gentils qui font de bonnes choses, qui vivent une tragédie, meurent et renaissent en onshin), il est difficile de vraiment entrer dans l’intrigue. Qui plus est, on nous présente énormément de personnages en très peu de temps et s’y attacher est particulièrement compliqué, d’autant plus qu’ils ne sont pas tous intéressants.

         Au final, je trouve que l’intrigue traîne un peu en longueur, et lire ces deux nouveaux tomes a été bien plus contraignant. La caractérisation des personnages n’est plus aussi bonne (peut-être est-ce dû au trop grand nombre de personnages introduits). Et j’ai trouvé les combats assez vite expédiés, ce qui est plutôt dommage quand on voit le temps qu’on a pris pour nous présenter les ennemis juste avant.

         Au niveau des dessins, Yamaguchi a un style très particulier, mais un talent certain. Les planches sont très détaillées et bien remplies, sans jamais devenir trop débordantes. En revanche, je n’accroche pas vraiment à l’excès de violence de sang et de nudité que nous offre l’ouvrage.

         En effet, Les 7 Ninjas d’Efu ne doit pas être mis entre toutes les mains et ne plaira sûrement pas à tout le monde. Les combats sont très sanglants et les personnages souvent nus. Cela dit, si ça ne vous dérange pas, vous pouvez essayer cette petite histoire. Mais personnellement, je n’accroche pas du tout au style, et je ne pense donc pas continuer.

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !

 


  • Titre : Les 7 Ninjas d’Efu – Tome 2 et Tome 3
  • Tankobon broché: 196 pages
  • Editeur : Meian (Seinen Manga) (6 aout 2019)
  • Collection : SEINEN
  • Langue : Français
  • ISBN: 978-2368778944 et 978-2368778951
  • Prix : 6,95€

    
HISTOIRE
60%
   
DESSIN
80%
    
COLORISATION
--%
    
CARACTÉRISATION
55%
    
AMBIANCE GLOBALE
55%
  

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.