Deadpool – La Collection qui Tue (Tomes 18-19)

Deadpool – La Collection qui Tue

Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, on repart voir la collection Hachette Deadpool – La Collection qui Tue, avec le huitième envoi contenant les tomes 18 et 19 de la collection !

Une fois n’est pas coutume, commençons dans l’ordre avec le premier ouvrage. Celui-ci, intitulé Anémie d’État, comprend les chapitres 13 à 18 de Cable & Deadpool. Bien qu’il s’agisse de la suite du tome 11 de la collection, en réalité, l’intrigue tourne surtout autour de deux événements majeurs de l’univers Marvel. Tout d’abord la mort supposée de Cable des mains de Skornn dans les pages de la série X-Force ; puis l’énorme modification spatio-temporelle due à l’événement House of M.

Deadpool va donc partir à la recherche de Cable à travers différents uni-vers alternatifs avec l’aide de Cyrène et Roquet. Il y fera la rencontre de différents Cable, tous ayant une partie de la personnalité du mutant. Mais avant tout ça, une courte histoire en deux parties nous présente une enquête menée par le Détective Deadpool (habillé spécialement avec un trench-coat tiré tout droit d’un film noir) après qu’un meurtre soit survenu dans la paisible cité de Providence.

Toujours complètement à côté de la plaque, le mercenaire va mettre du temps avant de se rendre compte que la seule personne ayant le mobile et la capacité d’effectuer un crime aussi spectaculaire n’être autre que lui-même !

On a ici affaire à du très bon. Personnellement, j’aime beaucoup cette série sur les deux personnages (même si on voit un peu moins Cable dans ce tome-ci), et le seul souci de l’ouvrage provient du souci de continuité voyant Cable être subitement déclaré mort, sans pour autant que le lecteur ait pu lire l’événement qui a mené à son trépas (disponible dans les pages de la série X-Force). Mais cette petite frustration mise de côté, tout fonctionne et on n’a pas le temps de s’ennuyer.

Le scénario de Nicieza part dans tous les sens, allant même jusqu’à nous faire voyager dans divers univers alternatifs dont l’un s’avère être celui de House of M, qui paraissait au même moment. Les dessins de Patrick Zircher, quant à eux, sont toujours au top et s’accordent parfaitement à la folie et à l’action que nous propose la série Cable & Deadpool.

Le second volume de cet envoi, La Solution Apocalypse, contenant le début de la série Uncanny X-Force de Rick Remender démarre sur les chapeaux de roues. Il contient d’ailleurs aussi l’épisode prologue Wolverine: Road to Hell de Rick Remender, Leonardo Manco et Chris Sotomayor, présentant la formation de la toute nouvelle X-Force.

Que vous dire de ce tome à part qu’il est juste splendide ! La X-Force, formée de Wolverine, Angel, Psylocke, Fantomex et Deadpool, est un groupe en perpétuelle évolution; chaque membre étant chamboulé par ses propres problèmes, sans compter que leur éthique et leur moralité sont sans cesse bouleversées et remises en question.

Pour ceux qui ne le savent pas, le principe de la X-Force est de prendre les devants et d’aller anéantir les menaces potentielles pour le monde mutant avant qu’ils ne prennent trop d’importance. Cela nécessite parfois de faire des choix assez immoraux, mais nécessaire.

Et pour commencer dans une véritable explosion, la menace que doit affronter le groupe n’est autre qu’Apocalypse lui-même. Seul petit souci : le mutant n’est encore qu’un enfant ! Se pose alors la question de la culture et de la nature. L’enfant est-il déjà un monstre horrible et mérite-t-il de mourir ? Ou peut-on tenter de l’éduquer autrement pour qu’il puisse devenir quelqu’un de bien ? Le choix doit être fait vite car les quatre Cavaliers de l’Apocalypse sont prêts à en découdre avec les mutants qui pourraient représenter une menace pour le jeune En Sabah Nur !

Ce qui est vraiment très bon dans cette série, c’est ses revirements inattendus, qu’il soit scénaristique ou même d’ordre plus général. Notamment la présence de Deadpool, qu’on imagine fait pour cette équipe où la morale et l’éthique sont mise à mal au profit de la survie… Et pourtant, on se rend vite compte que Wade est en réalité le personnage semblant être le plus moral et le plus sain d’esprit du groupe. Un choix plutôt invraisemblable mais qui apporte un vrai plus au personnage auquel on s’attache vraiment.

Le seul reproche que j’aurai à faire à Remender quant à son utilisation de Deadpool étant d’en avoir fait le comic relief (ce qui n’est pas incohérent, mais qui le rend parfois un peu trop « comique juste pour être comique »).

Par ailleurs, les relations conflictuelles (ou non) entre les différents membres sont superbement bien amenées ; la X-Force est une équipe vivante  qui traverse plusieurs événements pour le moins mouvementés. Et ils ne sont pas au bout de leurs surprises, même s’il faudra attendre encore sept mois avant de pouvoir lire la suite dans cette collection.

Bref, vous l’aurez compris, c’est un excellent envoi que nous propose Hachette Collection, cette fois-ci !

Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


HISTOIRE
90%
DESSIN
90%
COLORISATION
95%
CARACTÉRISATION
90%
AMBIANCE GLOBALE
90%

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.