Ayakashi Triangle : Tome 1

Ayakashi Triangle

Dans le manga, le triangle amoureux est souvent utilisé. Comme dans la BD ou toute littérature, d’ailleurs… et là, on commence mal cette chronique avec une intro toute pourrie. Mais rassure-toi, Ayakashi Triangle Tome 1 n’a pas grand-chose à voir avec mon accroche.

Car Ayakashi Triangle parle de ninjas exorcistes en lutte contre des esprits démoniaques, les Ayakashi. Du coup, ça donne plus envie. Le ninja exorciste, c’est Matsuri Kazamaki, un lycéen issu d’une lignée d’exorcistes qui, depuis sa plus tendre enfance, se prépare à reprendre le flambeau familial dans la chasse aux démons. Mais depuis qu’il est tout petit, il essaie aussi de protéger son amie Suzu Kanade, qui peut elle aussi voir les esprits démoniaques.

Lorsque Suzu devient la proie de Shirogane, le roi des démons (qui ressemble à un chat obèse), Ayakashi s’interpose et parvient à sauver son amie. Malheureusement, avant de perdre une partie de ses pouvoirs à cause d’un sort lancé par notre héros, Shirogane maudit Ayakashi qui se retrouve transformé en femme !

Kentaro Yabuki nous propose un shonen pur jus avec cette série. Tous les ingrédients du genre sont réunis pour plaire au lecteur : baston, magie, petites culottes, rivalité et histoire d’amour en herbe. L’histoire est plutôt réussie et tient bien ses promesses. Surtout, la révélation de milieu de volume va permettre de faire progresser l’histoire de façon intéressante [et je ne dirai rien avant la chronique du Tome 2].

Concernant les personnages, c’est moins gai. Le groupe de copines de Suzu est horripilant et ne sert uniquement qu’à montrer du téton et à passer sous les jupes. Là où l’interaction avec Ayakashi, après son changement de sexe, aurait pu être intéressante, c’est à peine survolé et mériterait qu’on s’y attarde un peu.

Ayakashi, d’ailleurs, qui plutôt que ninja exorciste ressemble surtout à un moine. Il ne s’intéresse à rien, mis à part sa mission et Suzu. On n’arrive même pas à déterminer le genre de sentiments qu’il peut lui porter. Du coup, on se demande où peut bien se trouver ce fameux triangle amoureux dont je parlais en début de chronique ? J’aurais bien aimé, dès le départ, voir les relations amoureuses conflictuelles être développées entre les côtés garçon et fille d’Ayakashi et Suzu.

Suzu qui, elle, est la parfaite cruche inintéressante. Tout est beau, tout le monde est gentil et elle ne voit le mal nulle part. Pour dire, elle est la cible d’un démon (le roi des démons, même) qui veut la bouffer et elle l’adopte sous sa forme de chat et lui cuisine des boulettes ! Là encore, un peu plus de nuances dans le personnage auraient été les bienvenues.

Au dessin, Yabuki rattrape les lacunes scénaristiques par un trait très précis et une mise en page efficace. Quelle que soit la scène qu’il nous propose, la lecture est fluide et assurée par un storytelling béton.

Malgré une caractérisation des personnages assez manichéenne et un manque de nuances dans leurs relations, Ayakashi Triangle est un titre qui se laisse lire facilement et est finalement assez accrocheur pour donner envie d’aller voir la suite.


 

  • Titre: Ayakashi Triangle : Tome 1
  • Broché : 192 pages
  • Éditeur : Tonkam
  • LangueFrançais
  • ISBN-13 : 9782413043034
  • Prix : 6.999€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.