Arifureta – De Zéro à Héros

Arifureta – De Zéro à Héros

Soyons honnête, je n’aime généralement pas le délire « Isekai ». Vous savez, ces mangas dans lesquels des personnages lambdas se retrouvent propulsés dans un monde imaginaire, ou encore issu d’un jeu vidéo. Ce n’est tout simplement pas le genre d’histoire qui me fait vibrer. Arifureta – De Zéros à Héros, de RoGa d’après l’œuvre originale de Ryo Shirakome, publiés chez Delcourt/Tonkam est un isekai. Il était voué à s’attirer mon indifférence, comme les Sword Art Online et autre délire du genre. Pourtant, après l’avoir terminé, force est de constater que c’est une œuvre qui a su pousser ma curiosité.

Hajime Nagumo est un lycéen qui se retrouve, avec des membres de sa classe, propulsé dans un monde parallèle. Tous obtiennent des pouvoirs alors que lui, ne se voit doté que d’une vulgaire capacité de synergie. Alors qu’ils explorent une grotte, Hajime tombe dans un abysse, seul. Il va alors devoir essayer de survivre comme il le peut…

Dit comme ça, c’est typiquement le genre de synopsis qui m’ennuie déjà. Dans les faits, ce n’est d’ailleurs pas incroyable durant une bonne partie du manga. Jusqu’à la chute, en réalité. J’ai réellement été intrigué à partir de là, quand Hajime se retrouve seul dans cette fosse, bien blessé et que l’on découvre minutieusement comment il réfléchit pour s’en tirer. L’exploration de sa capacité et l’évolution de son caractère m’ont réellement fascinés. Les dessins, en plus de cela, sont vraiment très corrects et ne freinent en rien la lecture, au contraire. J’ignore cependant en quoi va consister la suite de l’histoire et je me demande si elle est susceptible de me plaire réellement, mais l’évolution du protagoniste demeure suffisamment bien menée pour donner envie d’en savoir plus, et ce n’était pas gagné du tout !

Que vous soyez adepte des Isekai ou totalement réticent au genre, comme c’était mon cas, Arifureta peut tout de même mériter qu’on lui accorde une chance. Avec un mélange de je ne sais quoi, le concept marche et parvient à accrocher le lecteur, faisant même oublier tout ce délire de lycéen qui change de dimension. En fait, c’est simple, Hajime aurait très bien pu être un habitant d’un royaume quelconque que ça n’aurait pas changé grand-chose. Je ne parviens pas à comprendre l’intérêt d’en avoir fait un lycéen de notre monde, et je doute sincèrement que ça ait une quelconque utilité plus tard dans l’histoire, mais qui sait ? Je sais qu’il y a également une série animée de l’œuvre, mais je ne l’ai pas vue et je ne saurais vous dire si les deux médium se valent. Libre à vous d’essayer et de comparer les deux si l’envie vous vient !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.