X-O Manowar – L’intégrale de l’intégrale !

Parfois, il faut savoir se dépasser. Prendre le taureau par les cornes, ou en ce qui nous concerne les trois volumes de l’Intégrale X-O Manowar, et tout lire d’une traite, soit plusieurs milliers de pages. Eh oui, quand on vous parle d’intégrale, chez Bliss, on ne fait pas semblant.

On repart au tout début de l’aventure d’Aric de Dacie [et pas Dacia, même si la parenté existe]. Guerrier Visigoth condamné à une vie d’errance par l’Empire Romain, il tente par tous les moyens de survivre avec sa tribu, face aux légionnaires qui les poursuivent. Ponctuée de batailles, la vie d’Aric se poursuit néanmoins avec ses lots de peines, mais aussi de joies. Cela, jusqu’au jour où se pose sur notre planète un vaisseau spatial appartenant aux Vignes. Cette espèce est toute entière dévouée à la culture. Et pour cultiver, il faut du monde. Donc, ils prélèvent des esclaves dans les mondes visités et, sur Terre, Aric va faire partie du voyage!

Esclave sur un vaisseau spatial, il va survivre malgré les sévices infligés par les Vignes. Plus que ça, il va même réussir à soulever les esclaves contre leurs maîtres. Ce faisant, il va s’emparer de leur arme la plus dangereuse, mais également l’objet de leur culte : l’armure de Shanhara. Ayant enfin les moyens de revenir sur Terre, il va découvrir que seize siècles se sont écoulés et que tout ce qu’il connaissait n’existe plus.

Entre incompréhension et velléités de conquête, Aric va s’opposer au monde moderne pour réinstaller les esclaves qu’il a sauvé des Vignes sur SA terre, la Dacie, ou plutôt la Roumanie.

La suite ne sera que batailles, alliances contre les « pousses », ces Vignes cachés au cœur de l’humanité, et re-batailles. Ce faisant, il sera tour à tour une menace, un sauveur, une cible ou carrément le dernier espoir de l’humanité.

Pas évident de résumer 50 numéros, plus les spéciaux, les séries connexes, etc… Bliss Comics n’a pas fait semblant et, lorsqu’ils parlent « d’intégrale », on peut leur faire confiance.

Si Aric est vraiment casse-couilles au début, dans son rôle de barbare rustre qui veut tout péter, le personnage évolue vraiment au fil des numéros et des écueils auxquels il fait face. Il devient alors plus un Roi qu’un barbare, prenant conscience du peuple qu’il a à protéger, ses Visigoths, mais également les habitants de la Terre.

En tant que porteur de l’armure sacré de Shanhara, il est aussi l’élu du peuple Vigne et le pont entre les deux cultures : Terrienne et Vigne. Il sera ainsi également le protecteur des Vignes, faisant face à la destruction de leur planète, mettant de côté la rancoeur subsistant de sa mise en esclavage.

L’armure, parlons-en également. Aric n’est pas Tony Stark, ça, c’est clair. Même si, par certains aspects, on retrouve certains aspects similaires, notamment l’arrogance. Ceci excepté, les armures sont vraiment différentes. Si tout le monde sait que Stark a conçu son armure technologique, celle d’Aric est… un fruit. Enfin, du moins c’est ce qu’on nous laisse entendre au départ dans les légendes Vignes. On apprend ensuite qu’il s’agirait d’un virus techno-organique se propageant de planète en planète, de porteur en porteur, pour s’auto-dupliquer et conquérir la galaxie. C’est pour ça que de nombreux chasseurs d’armures parcourent le cosmos pour détruire toutes celles qu’ils croisent et finissent par arriver sur Terre. Il faudra une alliance entre les plus grands héros de l’univers Valiant pour sauver la planète : Unity.

En plus de toutes les aventures spatiales d’Aric, qu’elles se produisent ailleurs dans l’espace ou que ce soient des extra-terrestres qui débarquent, la série est ponctuée de nombreux flash-backs, nous montrant la vie d’Aric au cinquième siècle. Si ces retours en arrière apportent parfois un éclairage nouveau sur la personnalité du héros, ils sont, la plupart du temps, assez pénibles, voire inutiles. Et même si l’aventure spatiale a du bon, au bout de 50 numéros, voir sans cesse débarquer des aliens qui en ont après l’armure, ça devient lassant. Pourtant, à la lecture de la dernière page de la troisième intégrale, on se dit que tout ce qui a été raconté était nécessaire pour poser les bases d’un héros solide, crédible et s’inscrivant dans la durée.

Grosse lecture, donc, que ces trois intégrales. Mais le jeu en vaut la chandelle, surtout si vous n’avez que peu de connaissances sur la série X-O Manowar. Avec une nouvelle série sur les rails, dont le prologue vous sera proposé par Bliss dans sa parution du Free Comic Book Day, c’est une lecture qui s’avère nécessaire, en plus d’être intéressante. Vous ne verrez pas passer le nombre de pages et il y a de fortes chances que vous en redemandiez.


  • Titre: X-O Manowar Intégrale – Tomes 1 – 2 – 3
  • Album : 2152 Page
  • Editeur : Bliss Comics (9 Février 2017 – 28 Septembre 2017 – 8 Février 2018)
  • Collection : Intégrales
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-2-37578-065-7 – 9782375780329 – 978-2-37578-104-3
  • Prix : Entre 45€ et 49€ selon le Tome

    
HISTOIRE
90%
   
DESSIN
85%
    
COLORISATION
80%
    
CARACTÉRISATION
90%
    
AMBIANCE GLOBALE
90%

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.