Vlad Draculea Tome 1

Vlad Draculea Tome 1

Avec le Tome 1 de Vlad Draculea, on peut s’attendre [encore] à une histoire de vampires. Eh bien non! On va s’intéresser à un manga historique.

Nous suivons les premiers [mais en fait les seconds] pas du prince Vlad III Basarab de Valachie, au pouvoir. En plein milieu du 15ème siècle, en ce temps troublés de lutte entre la Chrétienté et l’Empire Ottoman, la Valachie (au sud de la Roumanie) avait une position stratégique, servant de “tampon” entre les grandes puissances. Si Vlad est élu Prince, ce sont en fait les Boyards (des seigneurs) qui font la loi sur la Principauté. Il est donc compliqué pour le Prince de s’imposer face à cette assemblée de puissants et riches seigneurs. Et c’est à cette période, où le futur Empaleur va devoir s’imposer, que s’intéresse ce Tome 1.

Mettons immédiatement les choses au clair : amateur lambda de manga, passe ton chemin. Tu n’auras pas de fan service, de personnages en SD qui agit de façon zarbi, d’histoire alambiquée, de magie ou de méchas. Tu n’auras pas non plus de vampires. Akiyo Ohkubo se concentre uniquement sur la réalité historique du personnage. Pour avoir lu la page Wikipédia de Vlad III l’Empaleur, on colle au plus près à la “vraie” histoire de celui qui inspira le roman de Bram Stocker et popularisa les vampires jusqu’à nous donner… Twilight! [le seul film où les vampires se battent en se jetant des cils à la tronche].

Son Vlad, donc, ne se rue pas sur de jeunes et belles femmes pour leur suçoter la jugulaire. Il n’empale même pas ses ennemis [ça, c’est pour plus tard]. On se retrouve face à un jeune Prince, élu à un poste pour lequel il est préparé, mais confronté à une aristocratie toute puissante qui ne tient aucun compte de lui. On va donc suivre, pas à pas, en pénétrant son esprit machiavélique, son accession au pouvoir réel.

Niveau dessin, là encore, on est loin des canons du manga. Le trait est torturé à souhait, tout en ombres et en encrage. Au niveau de la mise en page, on se rapproche assez de la BD européenne. Le mangaka prend son temps pour faire avancer son histoire, sans précipiter l’action, s’attardant longuement sur ses protagonistes. Du coup, la lecture se fait assez lentement et permet de s’imprégner de la psyché des personnages.

En parlant de ça, Vlad trimballe sa carcasse tout le long du Tome, un visage dénué d’émotions,  à la limite du dépressif chronique. Mais subtilement, en changeant imperceptiblement son trait et en jouant avec les ombres, ce que j’ai, au départ, perçu comme de l’apathie, s’avère être du calcul froid et son âme. On termine le Tome avec un Vlad qui commence à ressembler à celui qu’on nommera l’Empaleur.

L’intérêt historique de ce manga est indéniable. En savoir un peu plus sur l’homme à la base de la légende de Dracula est riche d’enseignements. C’est également bien écrit, bien que parfois un peu tarabiscoté. C’est, par contre, une série à réserver aux adultes et à acheter en toute connaissance de cause : on est dans une BD sérieuse.


  • Titre: Vlad Draculea Tome 1
  • Broché : 208 pages
  • Editeur : Soleil Manga
  • Collection : Seinen
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 978-2-302-09167-2
  • Prix : 7.99€

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.