Le Noël de Lobo

Bon, pour cette chronique, je cherchais une histoire originale, et pas vraiment disponible pour tout le monde dans la catégorie “mainstream”. Juré, je ne voulais pas parler de Lobo, mais la thématique faisait que Le Noël de Lobo s’est imposé à moi.

Enculé de Lapin de Pâques ! Il en a marre de passer en second dans le cœur des enfants, juste après ce fumier de Père Noël. Du coup, il se décide à embaucher le pire tueur de l’univers pour rectifier le gras-double en rouge. Loin d’être le gentil Papa Noël qui ramène les jouets à tous les moutards, il s’avère que c’est un tortionnaire, exploiteur de lutins et secondé par un… gorille ! Couteau à la main, seul Lobo pourra lui régler son cas.

Histoire dans l’histoire, c’est pas vraiment un conte de Noël à mettre entre toutes les mains. De toute façon, Lobo vous les aura tranchées avant ! Cette histoire c’est du vrai, du pur et du bon Lobo. Carrément jouissif, violent gore, fun et surtout très décomplexé, c’est comme ça qu’on aime le Czarnien génocidaire !

C’est au niveau de l’équipe créative qu’on voit que c’est du lourd : Alan Grant au scénario, Simon Bisley au dessin et Keith Giffen à la couleur. La dream team du Main Man pour ainsi dire, tant le scénario est débridé, tant le dessin de Bisley sublime l’histoire. Beau et crade à la fois, il représente Lobo en tant que Mâle ultime. C’est graphique, c’est énergique, bref, ça déchire tout.

Sorti auparavant chez Comics USA, cette histoire, intitulée Paramilitary Christmas Special en V.O, a été rééditée par Panini en 2011 dans le volume 100 % Wildstorm, The Authority/Lobo, le Cahier de Vacances. Pour info, un fan film est également sorti, reprenant cette histoire et une parodie Italienne traîne par-ci par-là.*

*Petite annonce : si vous possédez ce titre, je suis preneur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.