Chronique de l’avent : Les Maîtres de l’Univers/Cosmocats

Par le pouvoir du crâne ancestral, je détiens le cosmo… cosmo… cosmo…Cosmocats!

Voilà, en gros, ce qu’attend le lecteur du volume Les Maîtres de l’Univers/Cosmocats. Chacun des héros va donc sortir son épée pour savoir qui a la plus grosse.

Mumm-Ra en a marre! Il n’y a pas moyen pour lui de vaincre les Cosmocats. Grace à son épée, Starlion le tient en échec et les Anciens Esprits du Mal ne sont pas contents. Ils proposent donc à la momie éternelle de se rendre sur Eternia, via un portail dimensionnel, afin de dérober l’épée du pouvoir de Musclor. À son arrivée, ce grand benêt d’Adam ne se doutant de rien, ce fut chose aisée. Sauf que les Anciens Esprits du Mal ont passé un accord avec Skeletor afin que, à l’aide du pouvoir du Crâne Ancestral, il les libère de leur pyramide. Il faudra, pour vaincre la symbiose que vont opérer les deux super-sorciers, la puissance combinée des Cosmocats et de toutes les forces du bien d’Eternia.

Voilà, voilà… C’est fun et le scénario de Rob David et Lloyd Goldfine ne va pas révolutionner le genre. Il fallait trouver un prétexte pour réunir les deux licences et ils l’ont trouvé. L’histoire, sans être d’une portée hallucinante, fait surtout la part belle à Skeletor. Adam est présenté comme un grand bêta, Musclor une brute sans cervelle et les Cosmocats, Starlion en tête, semblent se partager le même cerveau. Ne nous leurrons pas, ce volume ne remportera pas le prochain Goncourt. Il a été initié pour réunir les héros de notre enfance et pouvoir se lire sans prise de tête. Du coup, même en jouant sur le côté nostalgie, il semble néanmoins manquer un peu de consistance à la recette pour satisfaire le lecteur exigeant.

Au dessin, Freddie E. Williams II s’est éloigné de la version dessin animé. Son trait est beaucoup plus adulte, traité en couleurs directes, et tranche vraiment avec le côté plus simpliste de l’histoire. Là encore, c’est Skeletor qui remporte la palme avec une interprétation somptueuse. Dans l’ensemble, même si les traductions du hors-bulle tranchent vraiment trop avec les planches, le dessin flatte l’œil et dispose d’une dynamique de storytelling précise.

Je vous l’ai dit, ce volume est surtout fait pour remettre les licences au goût du jour, en jouant sur la fibre nostalgique du geek qui aura les moyens de revivre un peu son enfance en l’achetant. Au mieux, on pourra même le lire avec ses enfants en espérant leur faire découvrir les dessins-animés dont l’histoire est tirée. Sans avoir de défauts majeurs, cette histoire ne dispose pas non plus de qualités particulières. Plaisant, à lire sans prétentions, si on est fan.


  • Titre: Les Maîtres de l’Univers / Cosmocats
  • Album : 192 pages
  • Editeur : Urban Comics
  • Collection : DC Deluxe
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 9791026812920
  • Prix : 17,50€

    
HISTOIRE
50%
   
DESSIN
80%
    
COLORISATION
75%
    
CARACTÉRISATION
60%
    
AMBIANCE GLOBALE
65%

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.