Captain Ginger – Tome 1

Captain Ginger, c’est un peu comme Star Trek. Mais avec des chats. Et comme chacun le sait, les chats sont assez malins pour se sortir de toutes les situations. Mais c’est sans compter sur leurs instincts primaires.

À bord de leur vaisseau spatial, un équipage tente d’échapper à des aliens belliqueux : les Lumens. Déjà responsables de la disparition des Nourriciers (alias les humains) il ne tient qu’à l’équipage du “crache-mords-griffe-et-tombe-parfois” de s’en sortir pour retomber sur ses pattes. Oui, parce que l’équipage est uniquement composé de chats, dont certains ont évolué vers une forme semi-humanoïde.

À leur tête, le Captain Ginger (un chat rouquin qui doit s’imposer et se pose plein de questions), va devoir composer avec cet équipage de matous pour percer les secrets des Nourriciers.

Loin des lol-cats du net, Stuart Moore nous propose une série sérieuse, mais toutefois loufoque. C’est-à-dire que les chats rencontrent exactement les mêmes problèmes que des humains à qui on aurait refilé un vaisseau spatial dans les pattes. Ils ne savent pas comment le faire fonctionner, ont des problèmes de ressources et de réserves, des soucis de respect de la chaine hiérarchique, etc, etc.

Plus que Star Trek, on serait même plutôt dans The Orville. La différence, c’est que les chats restent des chats. À savoir qu’ils ont besoin de litière pour faire leurs besoins (et de monde pour nettoyer), ils se reproduisent sans aucun contrôle et règlent leurs soucis à coups de griffe et parfois sans raison. On se rend bien compte que ce n’est pas facile de dresser un chat!

 

Au dessin, June Brigman nous propose des personnages à l’anthropomorphisme peu marqué. C’est-à-dire que ce ne sont pas des humains à tête de chat, mais bien des chats debout sur leurs pattes arrière. Et c’est bien vu. La qualité du dessin est propre, on est vraiment dans un graphisme typiquement comics, à l’encrage appuyé, mais en gardant une représentation des personnages légèrement exagérée. La mise en pages est fluide, bien qu’un peu répétitive parfois sur quelques planches. C’est sur les couleurs où je ne suis pas convaincu, la palette étant un peu terne à mon goût. Néanmoins, la partie graphique ne démérite pas et parvient à rendre l’ambiance qui règne dans cette chatterie de l’espace.

Captain Ginger est une petite série sympathique, qui se lit avec plaisir et qui, j’imagine, sera encore plus appréciée par les propriétaires de félins. Vu le cliffhanger de fin de volume, j’ai hâte de découvrir la suite.


  • Titre : Captain Ginger – Tome 1
  • Album: 160 pages
  • Editeur : Delcourt
  • Collection : Contrebande
  • Langue : Français
  • ISBN-13: Contrebande
  • Prix : 15,50€

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.