Rick and Morty Présentent – tome 1

Rick and Morty Présentent, tome 1

Bonjour et bienvenue à tous ! Une nouvelle fois, nous voilà repartis pour une dose de Rick & Morty avec la sortie de la nouvelle série proposée par Hi Comics le 16 juin dernier, Rick & Morty présentent !

         Pas besoin de vous rappeler que ce genre de série à licence nécessite au mieux d’apprécier la série, au pire d’au moins la connaître ! Et c’est d’autant plus vrai avec ce tome-ci ! Car là où la série régulière s’attarde sur de nouvelles aventures des personnages n’ayant que rarement de liens avec la série originale, ici, on est clairement dans l’hommage à la série animée.

         Le tome propose quatre récits de 30 pages chacun, tous scénarisés par différents auteurs (Joseph Torres, Daniel Mallory Ortberg, Magdalene Visaggio et Delilah S. Dawson), illustrés par CJ Cannon et colorisés par Nick Filardi pour les trois premiers (accompagné par Sarah Stern sur le troisième chapitre) et Brittany Peer pour le dernier. Ces derniers vont revenir sur plusieurs personnages ou groupes de personnages, apparus dans la série pour nous en apprendre plus sur eux, soit via des flash-back, soit via de nouvelles histoires, soit par une réinterprétation d’un épisode de la série. Dans l’ordre, nous avons donc un récit sur les Revancheurs (The Vindicators en VO), sur Krombopulos Michael, sur Gary Fatigué (Sleepy Gary) et sur Rick-Ornichon (Pickle Rick).

Le premier chapitre s’intéressant aux personnages des Revancheurs est clairement une énorme parodie de l’univers Marvel, que ce soit les comics ou le MCU ! Ainsi le groupe de super-héros (dont tous les membres étaient morts dans l’épisode 4 de la saison 3 de la série animée) revient sous une nouvelle forme grâce au pouvoir du multivers qui permet de retrouver les mêmes personnages dans une autre dimension ! Ils se font ainsi appeler les « Tout nouveaux et différents Revancheurs », quand bien même Rick note qu’on a affaire à « la même bande de blaireaux », comme les « All-New all-different Avengers » de l’univers Marvel qui reprenaient finalement peu ou prou les mêmes personnages. Le groupe de super-héros vient chercher l’aide de Rick et Morty pour affronter un mal grandissant qui risque de détruire le multivers tout entier : un certain Boon a récupéré les fameuses boules de l’infini et la mitaine de l’infini ! Il s’agit là d’un chapitre bourré de référence, aussi bien à la pop culture qu’à l’univers de Rick et Morty, de quoi passer une agréable lecture.

         Le second chapitre est à mes yeux le moins intéressant du tome. S’attardant sur le personnage de Krombopulos Michael, apparu pour la première fois dans l’épisode 2 de la saison 2, l’assassin gromflomite est obnubilé par l’idée de tuer. Dans ce chapitre, on découvre comment lui est venu cette obsession, comment il a rencontré Rick et comment ils ont fini par devenir « amis ». Le personnage étant finalement assez peu profond, le chapitre est assez mou et repose uniquement sur son amour du meurtre et sur un désir des auteurs de raconter le passé commun de Rick et Michael (ce dont, je dois avouer, je me fous un peu). Il n’y a finalement pas vraiment d’histoire, juste une tranche-de-vie sur le gromflomite.

         Le troisième chapitre semble faire suite à l’épisode Total Rickall (saison 2, épisode 4), dans lequel apparaissait pour la première fois Gary Fatigué. Rick a récupéré un parasite et l’a mis dans une cuve. Ce dernier, après avoir pris l’apparence de Gary Fatigué, parvient à s’enfuir et à prendre en « otage » Jerry. S’engage alors une course-poursuite entre Gary et Jerry d’un côté et Rick et Morty de l’autre. Il s’agit là d’un épisode présentant une suite qui n’était pas forcément nécessaire mais qui reste très appréciable. On y retrouve les parasites et les questionnements qu’on a sur eux, sur la menace qu’ils représentent, leur réelle dangerosité, etc.

         Enfin, le quatrième épisode est une réinterprétation de l’épisode 3 de la saison 3 : Rick-ornichon (ou Pickle Rick). On y retrouve plus ou moins la même histoire (la thérapie familiale, la transformation en cornichon, puis les nombreuses péripéties que va vivre Rick jusqu’à devenir le Rick-ornichon tel que nous le connaissons et sa rencontre avec Jaguar ! Cependant, plusieurs passages divergent grandement. Par exemple, au lieu de tomber sur le professeur Goldenfold dans la salle d’attente de la psychiatre, ils vont ici tomber sur le directeur Vagin (entraînant ainsi un nouveau dialogue). Mais le plus gros changement, c’est qu’à la fin, Jaguar n’est pas là en tant que prisonniers des Russes et ne se bat pas contre Rick ! À la place, ils font équipe pour affronter l’armée de chien-robot menée par Croquette (ou Snuffles pour les amateurs de VO) ! Je vous laisse néanmoins la surprise de découvrir pourquoi Jaguar en veut au chien…

         Bref, on a donc un tome basé en grande partie sur du fan-service et qui oscille entre de très bonnes histoires et des récits bien plus anecdotiques et peu utiles. Bien qu’il soit agréable à lire, ce n’est clairement pas le meilleur comics sur l’univers de Rick et Morty qu’on ait la chance de pouvoir lire en France : il est, à mes yeux, bien loin du niveau de la série principale. Qui plus est, je ne le conseillerai qu’à des lecteurs qui seraient fans de la série animée, car je doute qu’un néophyte apprécie lire ces quatre chapitres sans avoir les références que nécessite l’ouvrage.

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Rick & Morty présentent, tome 1
  • Album: 136 pages
  • Editeur : Hi Comics
  • Collection : HiComics
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-2378871932
  • Prix : 15.90€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.