Reviews Mangas

Dead Flag – Tome 1

Dead Flag

Tous les gosses aiment jouer aux pirates. Du moins, tant que ça reste un jeu. Avec Dead Flag, Tome 1, le jeu va être poussé un peu plus loin, jusqu’à en devenir malsain.

Un beau jour, un bateau pirate volant apparaît au beau milieu de la cour d’un lycée. Instantanément, tous les élèves ont les yeux rivés sur le navire, sur le pont duquel le Capitaine Gold Rich, sorte de gnome déformé ressemblant à une caricature de dessin animé de pirate, prend la parole. Tous les élèves ont été enrôlés dans un jeu mélangeant virtuel et réel et ayant pour but de faire d’eux de vrais pirates. Les moyens autorisés pour y parvenir ? Tous ! Tous les moyens sont bons pour perpétrer des rapines, meurtres et viols afin de gagner des points de XP et être dans le classement des meilleurs pirates. Ceux qui s’y refusent se verront imposer une sentence mortelle. Alors que les lycéens disparaissent à la vue des adultes, deux camps vont s’affronter : d’un côté, Léo se verrait bien en amiral pirate, alors que Tento va faire son possible pour faire de la résistance.

Holico nous propose un scénario de survival, auxquels on est maintenant habitués. Le concept “pirate” n’est que le prétexte pour faire s’entretuer les lycéens, voire pour les voir se faire exploser par les forces d’intervention de la police, sous l’influence de Gold Rich. Dans ce genre d’histoire, c’est la psychologie des personnages qui fait l’intérêt de la lecture. Et Holico nous propose, en plus de ses deux antagonistes principaux, quelques portraits d’adolescents transcendant toute la veulerie et l’ignominie humaine. Il n’y a pas d’âge pour être un salaud ! Concernant Gold Rich, il est le Monsieur Loyal de ce cirque barbare, précipitant les choses par des manœuvres sur l’esprit humain, dénuées de toute subtilité. Il faut que ça tranche, que ça écrabouille et que giclent le sang et la cervelle. Et on est servis !

La partie graphique n’est pas avare en descriptions quasi anatomiques de tripes à l’air, de gerbes de sang et délits en tous genres. Par son approche de la narration, utilisant des angles de vue immersifs, Jun Nishikawa happe le lecteur dans son univers. Les murs blancs et le cadre du lycée tranchent avec la sauvagerie et l’aspect sombre donné aux scènes de tuerie. Sans être innovant, le dessin est diablement et efficace et sert le propos.

C’est donc un véritable survival, faisant fi des conventions et du politiquement correct, que Dead Flag nous propose. Avec trois Tomes déjà sortis en fin 2022 je suis assez curieux de poursuivre la découverte de cette série et, surtout, d’assister à la déchéance de ses protagonistes dans leur quête de piraterie.


  • Titre: Dead Flag – Tome 1
  • Éditeur : Soleil Manga
  • Langue : Français
  • Broché : 262 pages
  • ISBN-13 :9782302096493
  • Prix : 7,99 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.