Wonder Twins – Tome 1

Wonder Twins – Tome 1

La question que l’amateur de comics est en droit de se poser, à la vue du titre Wonder Twins, serait : mais qu’est-ce que c’est que ce bordel? Eh oui! Le revival des jumeaux métamorphes du dessin animé Super Friends peut laisser perplexe. Du coup, c’est avec cette même perplexité qu’on va se pencher sur ce Tome 1 : Activation!*

Zan et Jayna, deux ados extra-terrestres, sont confiés à Superman par leur père, afin de les conduire sur Terre pour échapper à une existence misérable. Les jumeaux vont suivre des cours au lycée et assurer un poste de stagiaires au sein de la Ligue de Justice. Nous allons donc les suivre dans leurs vies d’adolescents, en phase d’intégration dans un nouvel établissement scolaire, et apprentis héros. Surtout que, dans l’ombre, sous la houlette de Lex Luthor, la Ligue des Désagréables attend son heure.

Mark Russel s’éclate à l’écriture de cette maxi-série. Ça se voit, ça se sent. Ne serait-ce que par les membres de la Ligue des Désagréables, sortis de son esprit tordu et tous propices à faire l’objet de moqueries puériles. C’est d’ailleurs aussi comme ça qu’il définit ses héros : deux ados en plein âge bête. Outre cette évidence, Russel met l’accent sur l’intégration difficile de ces deux ados dans leur nouveau lycée. C’est par ce biais qu’il pousse la réflexion à un cran supérieur, démontrant que, pouvoirs ou pas, tous les ados sont dans le même bain.

En plus du lycée, il leur faut gérer la Ligue de Justice, qui ne les prend pas au sérieux. Dès le premier numéro, ils s’occupent de Mxyzptlk avec une facilité déconcertante sans prendre conscience de leur exploit [ça dure deux cases! Deux!!]. L’un dans l’autre, c’est ce qui leur arrive tout au long du volume : se retrouver dans des situations loufoques, mais s’en sortir grâce à une façon de penser que Superman ou Batman ne pourraient jamais envisager.

Les dessins de Stephen Byrne sont agréables à l’œil. Il utilise un trait aux contours clairs (c’est-à-dire pas systématiquement noir) et une palette de couleurs plutôt claire également. Du coup, ça va bien à l’esprit du titre, qui reste léger, même dans sa partie graphique. La mise en page est plutôt classique dans l’ensemble, avec beaucoup de cases utilisant la largeur de la page pour une hauteur réduite.

Si ça renforce l’effet cinémascope, ça rend le lecteur spectateur de ce qu’il se passe dans le volume. Byrne alterne, heureusement, avec certaines pages plus immersives, surtout lorsqu’il dessine les membres de la Ligue de Justice, ou Gleek, en action. Un dernier point est la prédominance de la couleur violet, sous toutes ses nuances, tout au long de la série. Ça donne une véritable cohérence visuelle à l’ensemble des épisodes et c’est très bien vu de la part de l’artiste.

Franchement? J’ai ouvert ce Tome en mode “bof” et je me suis retrouvé devant une série fraiche et pétillante. Les héros sont un peu des losers, tout comme leurs ennemis, mais on s’attache à eux. Du coup, vivement le Tome deux!

*La date de sortie du volume a été repoussée pour cause de Covid tout comme Young Justice – Mais vous vous en doutiez.


          • Titre: Wonder Twins Tome 1 : Activation
          • Broché : 160 pages
          • Editeur : Urban Comics
          • Collection : DC Rebirth
          • Langue : Français
          • ISBN-13 : 9791026819776
          • Prix : 15.50€

         


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.