We only find them when they’re dead

we only find them when they’re dead

We only Find Them when they dead, un titre vraiment trop long mais est-il à la hauteur de sa proposition ?

De prime abord, difficile de pas se laisser tenter. Al Ewing connu pour ses passages chez Marvel et Simone DiMeo connu pour ses pages sur Power Rangers mais surtout sur le crossover extraordinaire TMNT x Power Rangers.

Forcément, ça laisse envieux !

WOFTWTD nous propose de suivre l’équipage d’un vaisseau, qui comme tous les autres gagne sa croûte en découpant des cadavres de dieux géants ! Ok déjà tu te dis quoi des dieux géants mais comment c’est possible ?! Ben je vais t’expliquer ! Malgré le rapprochement avec Knowhere de l’univers marvel, ici plus que le vaisseau ou l’équipage, on va surtout se concentrer sur le capitaine qui est en guerre ouverte avec l’ordre galactique publique !

Petit à petit on va y apprendre le pourquoi du comment mais surtout on va voir que si le pitch de départ permet une critique facilement transposable de notre société actuelle, que ce soit la chasse à la baleine ou une société de contrôle totalitaire faisant miroiter une pseudo liberté, chacun tente de tirer son épingle du jeu. Ce qui est efficace ici c’est l’entré en matière, dès le début on est dans le feu de l’action, l’univers gravite autour mais n’a pas besoin d’une longue exposition ! Des vaisseaux, des dieux qui apparaissent, des sociétés privées qui veulent se faire de l’argent, une querelle voilà tout ce qu’il faut retenir pour entrer dans l’univers.

Pas besoin de plus, c’est efficace et tout va se jouer sur les dialogues et le relationnel des personnages, autant dans le conflit que dans le soutien de l’équipage à leur capitaine. En vrai, ce premier tome nous raconte beaucoup de choses, sans qu’il ne s’y passe réellement de chose, difficile à imaginer comme ça et vous pourriez lire ça comme un reproche alors que pas du tout parce que graphiquement ça dépote. Les planches de Simone Di Meo mettent une ambiance SF qui envoie du lourd, avec un jeu de couleurs et des effets spatiaux extraordinaires. De fait, même si l’histoire se base sur beaucoup de dialogues et de mise en place, on a l’impression d‘avoir un univers vivant qui fourmille dans tous les sens. On a donc pas vraiment le temps de s’ennuyer ou de trouver des longueurs, ça fonctionne parfaitement ensemble.

Comme je le disais, c’est une aventure SF très prometteuse, malgré que ce soit un premier tome très efficace il pourra ne pas vous accrocher justement pour cette raison. Cependant, poussez un peu et donnez lui une chance, c’est un titre plein de promesse ! Pour ma part, je ne saurais que vous le recommander !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.