Trois Yakuzas pour une Otaku – Tome 1

Trois Yakuzas pour une Otaku

Premier manga publié en France de l’auteure Narumi HASGAKI, aux éditions Soleil Manga, ce dernier nous dépeint une héroïne otaku, renfermée sur elle-même qui ne sort que très rarement et adore jouer aux jeux vidéo de yakuza. L’idée de sortir l’angoisse et lui rappelle à quel point elle est un danger pour elle-même, car trop souvent dans ses pensées. C’est lors d’une de ses tentatives de sortie à l’école, ordonnée par l’un de ses parents, qu’elle fait la rencontre d’un vieil homme. Alors qu’une voiture tente de lui rentrer dedans, elle lance son sac contre celle-ci et fait stopper le chauffeur. Elle est elle-même choquée par sa réaction mais n’a pas le temps de réfléchir davantage que le conducteur s’arrête brusquement et lui demande si elle « veut crever ?! ». Le grand-père prend sa défense et cela énerve le chauffeur. Ce dernier agresse le papy mais Sakura prend de nouveau sa défense. L’homme, et un autre homme de main présent, se montrent menaçant à son encontre, et avant que la situation dégénère, les petits-fils du vieux monsieur font leur apparition. Les agresseurs comprennent qu’ils ont affaire au gang Amô et s’excusent en fuyant. Sakura comprend elle aussi qu’elle est face à un gang de yakuzas et se fait entraîner par le chef qui lui explique être à la recherche d’une façon de départager équitablement la succession du gang à ses petits-fils. Chacun excelle dans un domaine et il ne peut trancher. Il met alors au défi ses petits-fils de séduire Sakura, et le premier qui y parviendra, deviendra le prochain chef de clan. C’est sur cette intrigue que commencent les différentes péripéties de Sakura au sein d’un gang de yakuzas.

            Malgré un début de shôjo « classique » — car on a tout de même droit à un objet cassé au sein du clan dont le prix est bien évidemment exorbitant, bien au-delà des revenus de l’héroïne et qui fait l’objet de chantage pour éviter à l’héroïne de devoir le rembourser — le manga est sympathique. Habituée des romances, de leurs codes et des scénarios clichés, je remarque toutefois un « abus » de rougissements et de sueurs froides. J’ai l’impression que les personnages passent de la gêne à la peur toutes les deux pages, et c’est parfois gênant pour ma part. Cependant, cela ne gâche pas le dynamisme des dessins et, quand je fais la rétrospective de l’histoire du tome,  il se passe beaucoup de choses. On apprend à connaître doucement les personnages, plus particulièrement l’héroïne et le premier petit-fils Shûsuke, présent avec Sakura sur la couverture. Petite découverte sympathique pour les amateurs, sous la couverture, l’auteure nous partage ses premières esquisses des personnages. Et parfois, elle le dit elle-même, l’aspect des personnages a pu changer.

            À ce propos, Narumi HASEGAKI nous propose une héroïne naïve mais attachante, au caractère bien trempé quand il le faut, et des héros aux caractères bien distincts. Shûsuke, l’ainé, est d’un naturel doux, gentil mais intransigeant lorsqu’il a affaire à des opposants. Léo, le benjamin, est le plus branché par le combat, il n’hésite pas à foncer dans le tas pour protéger son clan. Ryûsei, le cadet, est le plus intéressé par l’argent. Il est davantage en repli dans les combats, il attaque de loin grâce aux nouvelles technologies.

            Cette fratrie va sûrement faire vivre de nombreuses péripéties à l’héroïne, et l’un des frères fera chavirer son cœur. Sinon, ce n’est pas un shôjo ! Par contre cela prendra du temps, car s’il n’y a qu’un tome en France — le second est à paraître bientôt (annoncé pour le 25 août 2021) — la série compte 11 tomes au Japon et elle est toujours en cours. De quoi nous faire languir des tomes et des tomes, pour notre plus grand (dé)plaisir ?

            Je vous laisse découvrir ce manga par vous-même et choisir votre frère favori ! Bonne lecture à tou.te.s !


 

  • Titre : Trois Yakuzas pour une Otaku – Tome 1
  • Album : 160 pages
  • Éditeur : Soleil
  • LangueFrançais
  • ISBN-13 : 978-2302090613
  • Prix : 7.99€

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.