The White Ghost 001 et 002

The White Ghost 001 et 002

Le petit monde de la B.D permet, grâce, entre autres, au financement participatif, de découvrir plein de titres indé. En plus, quand on a loupé le numéro 1, il y a souvent moyen de faire une séance de rattrapage. Ça a été mon cas avec The White Ghost, où en participant au numéro 2 j’ai pu commander également le numéro 1.

Vrai comics, même dans l’objet, présenté en fascicules souples [à couverture semi cartonnée, un peu comme les V.I de feu-Semic], la série nous est présentée en noir et blanc. Xavier Duvet, qu’on a plus l’habitude de voir dessiner de très belles femmes fort peu vêtues, assure le scénario et le dessin. Dans la forme, on assiste à un exercice graphique purement comics. Ses personnages prennent des poses iconiques, la mise en page est dynamique et nous plonge au cœur de l’action. D’ailleurs, sur ces deux numéros, de l’action, il y en a à foison.

Dans un futur apocalyptique, on suit les pas du White Ghost, un homme en justaucorps blanc, ceinture à clous et masque de tête de mort. Mi-justicier, mi-policier, Kein, le White Ghost, est chargé de s’occuper de ceux qui enfreignent la loi, sous la supervision de A-Lan. Pas vraiment un super-héros, mais quand même un peu, le mystère de ses origines se dévoile et s’épaissit un peu plus au fil de ces deux numéros.

Si le dessin cartonne, bastonne et nous en met plein la vue, j’avoue être un peu plus perplexe devant le scénario. Du moins, vis-à-vis de l’évolution de l’histoire. Le premier numéro pose le décor, les personnages et est compréhensible sans soucis. Même si je ne suis pas fan de ces descriptions de futur apocalyptique où les personnages parlent un jargon particulier. Par contre, le numéro deux, qui s’attache un peu plus aux origines de Kein et de sa transformation en White Ghost [du moins, je crois, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris] est un peu plus fouillis.

De même, l’auteur prend quelques raccourcis narratifs entre les deux numéros qui me laissent un peu de regrets : en effet, pourquoi ne pas avoir développé un peu plus le combat contre le T-Rex? Et il sort d’où, d’ailleurs, ce dinosaure?

White Ghost me laisse une impression mitigée et me fait fortement penser à Le Dernier Combat, premier film de Luc Besson. On est face à une œuvre qui nous décrit un futur pas si improbable que ça, mais il nous manque des informations pour pouvoir l’appréhender pleinement. Nul doute que Duvet sait où il va et a certainement imaginé la suite, mais quelques réponses distillées dans le numéro 2 et une scénarisation plus linéaire auraient certainement aidé. Du coup, plus qu’à attendre le numéro 3 pour avoir les réponses.


 

  • Titre: The White Ghost 001 et 002
  • Broché : 28 et 32 pages
  • Editeur : Compte d’auteur (2018/2020)
  • Langue : Français
  • ISBN-13 :
  • Prix : 18€ les 2, fdp compris

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.