Robilar Tome 2 : Un ogre à marier

C’est le retour de notre Maistre Chat préféré avec ce Tome 2 de Robilar : Un Ogre à Marier. Le greffier sera-t-il toujours aussi rusé et pourquoi tient-il à marier son ogre domestique?

Eh bien, parce qu’il s’ennuie, l’ogre! Un an s’est passé entre la fin du Tome 1 et ce début du Tome 2. L’ogre a mis le roi et toute sa famille royale au cachot, s’est installé sur le trône et a pris Robilar comme chambellan. Mais il s’ennuie. Il est tout seul et a besoin d’une compagnie autre que celle de ses bouffons. Surtout, on apprend qu’il n’a pas toujours été ogre et qu’il souhaite embrasser une princesse pour retrouver forme humaine. Qu’à cela ne tienne! Robilar va organiser un casting de princesses et faire venir au château cinq furies qui vont entrer en compétition pour le cœur de l’ogre. Oui, parce que coté physique, c’est quand même pas ça.

David Chauvel continue sa série sur la même lancée que le Tome 1. Surtout, il s’éloigne du conte de Perrault pour se lancer dans une bonne grosse histoire assez délirante qui voit les princesses “classiques” passées à la moulinette et au vitriol. Nous avons La Belle au Bois Sans Soif, Peau d’Bique, la Princesse au Pois Chiche, Blanche-Mièvre et Ray Ponce. Et là, ça devient du grand n’importe quoi comme je l’aime. Avec un Grooooooooossssss clin d’œil à toutes ces belles émissions de télé-réalité qui voient des athlètes au QI élevé concourir pour leur Prince ou Princesses de l’Amour. Oui, je sais, c’est facile de tirer sur l’ambulance… Le pire, c’est que les délires de Chauvel ne sont pas pires que ce qu’on voit à la télé. Il y a même plus d’humanité et de réalisme dans ses personnages que dans les stéréotypes de la télé-réalité [vous avez certainement compris que je n’aime pas ces émissions. Bref, revenons à la B.D]. Dans le développement, classique, du scénario : une épreuve, une gagnante, ce sont les animaux de compagnie des princesses qui tirent leur épingle du jeu et Robilar qui, tout aigrefin et rapiat qu’il soit, prend encore une bonne leçon. Une leçon d’humanité, d’ailleurs, qui clôt ce volume.

Les dessins de Sylvain Guinebaud sont toujours aussi beaux. Il arrive à donner une vraie personnalité, non seulement aux humains, mais également aux animaux, sans tomber dans un anthropomorphisme exagéré. Et ses princesses arrivent à être sexy, comiques et volontaires à la fois. Dans sa composition des planches, l’utilisation de beaucoup de petites cases permet de donner un rythme soutenu à la lecture et au déroulement de l’histoire, qui se lit d’une traite.

Les couleurs sont toujours assurées par Lou et donnent beaucoup de luminosité aux planches.

En s’éloignant de Perrault, l’auteur réussit à nous livrer une histoire amusante, attachante et émouvante à la fois. Encore mieux que le premier, ce nouveau Tome de Robilar ne fait que rendre l’attente jusqu’au suivant plus longue.

 


  • Titre :  Robilar Tome 2 : Un ogre à marier
  • Album: 64 pages
  • Editeur : Delcourt
  • Collection : Conquistador
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 9782413020035
  • Prix : 15€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.