Rick & Morty, Tome 10

Rick & Morty, Tome 10

Bonjour et bienvenue à tous ! Une fois encore, nous voilà repartis pour une nouvelle dose de Rick & Morty avec la sortie du tome 10, le 17 mars dernier chez Hi Comics !

         Le petit rappel obligatoire (même si après dix tomes et six hors-série, j’espère que le message est passé) : le comic est tiré de la série animée à succès de Justin Roiland et Dan Harmon. On y retrouve donc Rick — le grand-père, scientifique désabusé — et Morty — son petit-fils, qui le suit dans toutes ses aventures ; ainsi que toute la famille : Beth, Jerry et Summer. Dans ces comics, on nous propose le même humour décalé de la série, et ces dessins particuliers. Les comics n’ayant rien de bien déboussolants pour les amateurs du dessin animé, si vous n’aimez ni l’humour ni le style graphique de la série animée, mieux vaut passer votre chemin, car ces comics ne sont clairement pas faits pour vous ! Et si vous ne connaissez pas la série, foncez la regarder (je pense que je l’ai déjà assez souvent répété) et si vous l’appréciez et que vous en voulez plus, n’hésitez pas à vous lancer sur les comics qui sont une parfaite dose de Rick & Morty quand les épisodes télévisés viennent à manquer !

         À nouveau, le titre nous sert tout un tas de références : à la pop culture (comme dans la série animée, quoi !), mais aussi à des épisodes célèbres de la série télévisée (mais je vous en reparle plus en détails tout à l’heure) ! Comme d’habitude, le tome est composé de cinq chapitres et de quatre bonus en quatre pages. Cependant ici, on arrête les chapitres liés et on attaque cinq épisodes tous indépendants, dont un spécial de 40 pages !

         Comme toujours, on retrouve des noms bien connus de la franchise : au scénario, on a Kyle Starks pour les cinq chapitres (un habitué de la série régulière) ; au dessin de trois chapitres, on retrouve Marc Ellerby, cette fois-ci secondé par Pueste (qui s’occupe du second chapitre) ; et enfin, à la couleur, Sarah Stern poursuit sa longue série de colorisation pour Rick and Morty en réalisant la colorisation de presque tout l’ouvrage. Presque, oui ! Car pour l’épisode spécial de 40 pages, on retrouve pas moins de six scénaristes, sept dessinateurs et quatre coloristes (et vous comprendrez pourquoi il y a autant de monde quand on y arrivera).

Passons tout de suite aux divers synopsis. Le premier chapitre est un mélange de références à la série animée et à la culture pop, quand Rick, exténué par l’incompétence de Morty, se rend dans un parc dans le même style que la garderie des Jerry (qu’on a vu dans l’épisode 2 de la saison 2) mais au nom bien plus évocateur : Rickworld ! Cette version rickienne de Westworld n’est autre qu’un énorme parc d’attractions peuplé de robots n’ayant qu’une seule utilité : assouvir certaines pulsions de Rick ! Pendant qu’il abandonne dans un ringard coin du parc nommé Mortyland (une sorte de garderie pour Morty, dans lequel il n’y a rien de plus qu’un toboggan pour enfants, et des tablettes remplies de jeux mobiles et de porno), Rick va se lancer dans diverses activités pour se détendre ! Malheureusement, les choses ne se passeront pas si bien au moment où plusieurs Morty, lassés d’attendre leurs Rick, décideront de passer à l’action et d’aller s’en prendre à leurs grands-pères !

         Le second chapitre est une nouvelle itération de l’épisode du « Câble interdimensionnel » comme on en a déjà vu plein. Fort heureusement, alors qu’on peut s’attendre à voir encore une fois le même genre de récit, l’épisode réussit à prendre le lecteur à contre-pied en partant totalement sur autre chose assez rapidement ! Au final, on a droit à une très bonne intrigue dans laquelle Rick se fait attaquer par un groupe qui souhaite récupérer sa technologie !

         Le troisième épisode démarre par le réveil de Morty dans un monde parfait : ses parents s’aiment, sa mère n’est pas alcoolique, son père a un travail très rentable, Jessica est sa petite amie, etc. Néanmoins, tout ça perturbe au plus haut point le jeune garçon. Même si tout semble mieux, ce n’est pas normal. Il va peu à peu se rendre compte que tout ça n’est qu’une illusion et qu’il va devoir se réveiller s’il ne veut pas que l’univers soit perdu !

         Le quatrième chapitre est un classique des fictions de science-fiction : la boucle temporelle, aussi connu sous le nom du Jour sans fin ! Cependant, nous sommes dans Rick & Morty, et bien entendu, rien ne se passe jamais comme ailleurs ! Là où n’importe quel autre personnage chercherait à découvrir ce qui le force à vivre le même jour encore et encore pour sortir de la boucle, Rick nous prend au dépourvu en décidant d’en profiter pour faire tout ce qu’il est humainement possible de faire en une seule journée… ou plus exactement, une infinité de seules journées !

Le cinquième et dernier chapitre de ce tome est comme je le disais plus haut, un épisode un peu spécial. Composé de 40 pages, il nous est aussi proposé par plusieurs artistes et auteurs différents qui mettent en scène différents récits au sein même de l’histoire. En effet, l’intrigue repose sur la découverte de plusieurs courts récits. Faisant directement référence à l’épisode 8 de la saison 3 de la série animée, Les Souvenirs effacés de Morty, on retrouve le jeune garçon découvrant par hasard la salle remplies de tubes mémoires contenant les souvenirs que Morty a supplié son grand-père de lui effacer. Cherchant à assumer ses responsabilités, Morty va alors décider de revoir plusieurs de ces mauvais souvenirs, ce qui nous amènera à traverser différentes petites histoires. Le chapitre est vraiment très sympathique à lire, malheureusement, il pâtit un peu des différences flagrantes de dessins entre les différents artistes qui ne sont clairement pas toutes du même niveau.

         Enfin, je passerai rapidement sur les quatre épisodes bonus, qui ne sont pas mauvais mais pas forcément excellents pour autant, allant parfois jusqu’à mettre en scène des histoires qui auraient peut-être nécessité plus de pages pour être mieux amenées. Le tout reste tout de même intéressant, mais pas inoubliable.

         Au final, ce tome est vraiment très bon. Il réussit parfaitement à combiner des références à la série et des intrigues originales. Ne tombant pas dans la simple citation, il nous prend toujours au dépourvu en retournant la situation pour partir vers une toute nouvelle histoire, tout en gardant certains points d’intrigue ou certains gimmicks de la série télévisée. C’est donc une superbe lecture pour tous les amateurs de la franchise Rick and Morty !

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


  • Titre : Rick et Morty – Tome 10
  • Album: 144 pages
  • Editeur : Hi Comics
  • Collection : HiComics
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-2378872663
  • Prix : 15.90€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.