Raw Hero Tome 1

Raw Hero

Lorsque l’auteur de Prison School se lance dans une nouvelle série, deux réactions sont possibles : la joie ou la navrance. Si vous êtes abonné à notre compte Instagram et que vous avez lu mon avis sur le Tome 28 de Prison School, vous savez déjà que j’y suis allé avec beaucoup d’appréhension.

Chiaki, un jeune homme bien sous tous rapports, est responsable de ses deux frères depuis la mort de leurs parents. Mais pour bien s’occuper d’eux, il faut d’abord remplir le frigo. Mais Chiaki enchaine les entretiens d’embauche infructueux et l’argent commence à manquer. Alors qu’il se rend justement à l’un de ces entretiens, il intervient lors d’une agression sexuelle dans le métro. Sauf qu’il ne s’agit pas vraiment d’une agression et qu’il en a raté son rendez-vous. Qu’à cela ne tienne, le supposé agresseur va lui offrir un poste et lui demander d’infiltrer la SALF, une organisation qui vise à détruire les super-héros.

Akira Hiramoto nous propose un mélange des genres. Tout d’abord, il situe son histoire dans un univers super-héroïque, où une organisation terroriste œuvre pour se débarrasser des super-héros. Pour ce faire, son héros principal est un japonais moyen, loser sur les bords. Et ça, ça fait forcément penser à The Boys. Mais bon, on ne va pas déconner non plus, il rajoute une bonne louche de plans directs sur des culottes trempées, le nouveau boss de Chiaki est un vrai pervers et il termine le Tome en reprenant son obsession du T28 de Prison School [il faut vraiment aller sur Insta si vous voulez savoir de quoi je parle!]. Oui, parce qu’Hiramoto n’est pas Garth Ennis et là où le Britannique arrive à être caustique sans efforts, le japonais a un peu plus de mal à nous prendre par la main pour le suivre dans son délire.

De fait, on ne comprend pas tout dans ce premier Tome. Qui sont les vrais gentils et les vrais méchants? C’est quoi au juste que cette agence qui emploie Chiaki? Et c’est quoi cet entretien d’embauche pour un groupe terroriste!? Alors, oui, on nage en plein délire avec des allusions de cul [OK, plus que des allusions, quand je pense à la scène avec la trompe de l’homme-éléphant], mais ce n’est ni drôle, ni sexy. Au final, on assiste à une succession de scènes qui ne nous donnent aucune réelle information sur le déroulé de l’histoire.

Ça, c’est pour le scénario. Niveau dessin, je serais tenté de dire que c’est pas mal réalisé. Le trait est propre, les filles sont sexy et le découpage se tient. J’ai un petit souci avec sa représentation des super-héros, comme s’il ne savait pas à quoi ils doivent ressembler, mais ça reste anecdotique. Tiens! En parlant d’anecdotique, je ne comprends pas pourquoi dans ses panty shots de Chiaki, alors qu’il est habillé en femme, on devine sous la culotte un sexe de femme et pas d’homme?

Je n’avais pas aimé Prison School et Raw Hero s’adresse au même public, maniant le même humour et l’auteur ayant les mêmes ressorts scénaristicos-humoristiques-cochons. Même si mon avis va être plus nuancé, le Tome se lisant somme toute assez facilement, je le catégoriserai plus comme du Ecchi que du Seinen. La lecture sera donc à réserver à un public qui sait où il met les pieds.


 

  • Titre: Raw Hero Tome 1
  • Broché : 176 pages
  • Editeur : Soleil
  • Collection : Seinen
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 2302094263
  • Prix : 7,99€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.