Psykoparis -Intégrale

Psykoparis -Intégrale

Tu me connais : en grand fan d’histoires complètement déjantées, comment est-ce que je pouvais résister à une couverture où on voit un mec en salopette avec un cône de Lubeck qui lui sert de cagoule? Tu rajoutes du sang, des épées et un joli vernis sélectif et Psykoparis devient la B.D que je vais feuilleter.

On se retrouve donc dans un Paris un peu différent de ce qu’on connait. Le métro est inondé, la ville est dirigée par un despote, Montmartre a fait sécession et… on vit par le règne de l’épée. Si tu n’es pas capable de défendre ce que tu possèdes, tu ne possèdes rien. C’est un peu le cas de Cid, le prototype du branleur qui se prend des toises par son prof d’escrime. Mais Cid, il cherche un appart’ à squatter pour sa grosse teuf. Et quand il le trouve, c’est mauvaise pioche. Il s’agit de l’appartement de Maman, une vieille usurière sadique qui tient ses débiteurs dans sa pogne et qui n’hésite pas à les presser comme des citrons pour les faire cracher.

Ça, Cid l’ignore et va faire sa teuf chez elle. Pour faire bonne mesure, il va piquer quelques meubles qu’il va mettre au clou. Sauf que dans l’un des meubles se trouve le petit carnet bleu de Maman, celui dans lequel elle note tout. Lorsque la nouvelle de la disparition du carnet se répand, c’est tous les groupuscules mafieux qui vont se lancer à la recherche de Cid et du carnet.

Commençons par le commencement, il s’agit là de la version intégrale, regroupant le Tome 1, sorti en 2011, et sa suite. Et j’avoue humblement que je ne connaissais absolument pas. Alors que le pitch est mortel! Un espèce de Paris à la sauce Kurosawa, avec des gladiateurs, des triades, de la mafia Russe et un clodo tout droit sorti de la Cour des Miracles. C’est tout un univers qu’a inventé Tristan Roulot et pas grand-chose n’est laissé au hasard. Juste cette histoire de gladiateurs qui reste un peu floue mais qui fournit un bon moment de baston à l’épée. Pour le reste, on est dans une uchronie assez classique mais qui se laisse lire avec beaucoup de plaisir. On voit également l’évolution entre les deux parties de l’histoire et le moment où tout bascule, quand les personnages principaux prennent enfin conscience du monde dans lequel ils vivent.

Côté dessin, pas beaucoup d’évolution dans le style de Corentin Martinage entre les 10 ans qui séparent les deux volumes. On sent juste une meilleure maîtrise du storytelling, sinon, le trait reste sensiblement le même. Au point que, si on ne le sait pas, on pourrait croire que toute l’histoire a été dessinée d’une traite. Si on rajoute des couleurs toujours lumineuses de la part de Miki, c’est un sans faute au niveau dessin, avec toutefois une tendance à se conformer aux stéréotypes du lectorat (ado) visé.

Bonne surprise et gros pavé pour cette intégrale de Psykoparis. Si vous aimez la B.D qui sort un peu des sentiers battus et sent bon la série B, allez-y, c’est de la bonne!


 

  • Titre: Psykoparis -Intégrale
  • Broché : 114 pages
  • Éditeur : Soleil (5 mai 2021)
  • LangueFrançais
  • ISBN-13 : 9782302091573
  • Prix : 22,95€

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.