Paris Manga et Sci-Fi Show

Les 6 et 7 février, c’était le 21ème Paris Manga et Sci-Fi Show. Cette année, j’ai officiellement assisté à la convention, et ce de l’ouverture à la fermeture. Et on n’a pas trop de deux jours pour essayer de tout voir. Mais la question qu’on se pose, c’est forcément “Alors, c’était bien ?”.

La première chose c’est que, par rapport à la 20ème édition, les organisateurs avaient prévus un hall plus grand, où il était plus facile de circuler. La gestion de la foule était également plus fluide avec une queue extérieure permettant de passer le contrôle de sécurité, puis une file d’attente intérieure.

Une fois dans le hall, c’est un vaste salon qui s’est offert aux visiteurs, avec de nombreux stands commerciaux permettant d’exploser son budget dans l’achat de figurines, cosplays, DVD et bouquins, mais également en produits importés du Japon (qui savait qu’il y avait autant de sortes de Kit-Kat différentes?).

Le salon était divisé en quatre zones majeures : stands/boutiques, jeux vidéo, Sci-Fi, dédicaces, plus deux scènes servant aux différentes animations, concerts ou conférences. C’est d’ailleurs sur ces scènes que se sont succédé plusieurs grands noms tels que Christopher Lloyd, Kenji Ohba (X-Or), le YouTubeur Bob Lennon, des concours de cosplay ou même des Battle Draw ! L’animation a été permanente tout au long du week-end.

Animation assurée également le long des allées par les nombreux cosplayers. Si pour certains cela se limitait à la grenouillère kawaï, d’autres avaient des costumes vraiment élaborés et d’un réalisme saisissant. J’ai croisé un groupe de Predators flippant, Deux Batman qui tapaient la discute, des Assassins tout droit sortis du jeu vidéo, des Deadpool en pagaille, j’en passe et des meilleurs.

Je ferai l’impasse sur les séances de dédicaces des acteurs sci-fi, payantes et ultra-rapides, réservées aux vrais fans. Je ne vous parlerai pas non plus de la partie manga, que j’ai à peine survolé, n’étant pas un féru de ce style de BD. D’autres sont beaucoup plus légitimes pour traiter ce secteur.

Nous, c’est Chroniques Comics, du coup, on va s’intéresser… aux invités comics ! Et plus particulièrement au stand de la WIP Agency qui concentrait la quasi-totalité des invités du médium. Je tiens d’ailleurs à remercier les membres de WIP pour leur gentillesse et l’accueil proposés aux artistes, aux visiteurs mais également à moi-même.

La liste des invités était tout bonnement énorme ! Que ce soit au niveau des artistes Français (Julien Hugonnard-Bert, Frédéric Pham Chuong, Viginie Siveton, et plein d’autres, excusez-moi de ne pas vous citer tous) qu’internationaux (Simon Bisley, Fabrice Sapolsky venu soutenir son projet Kickstarter “Intertwined”, Alfonso Ruiz, Steve Scott, Guillem March, Phil Jimenez, Paco Diaz, Tina Valentino, et d’autres encore…).

Tous les artistes étaient abordables, souriants et disponibles pour leurs fans. Personne n’était mis de côté et tous avaient un petit mot gentil à chaque fois, même en fin de journée. Il était même possible de s’inscrire pour un tirage au sort de dessins originaux. Et la qualité du trait était au rendez-vous.

Et ça a été, pour moi, un vrai plaisir de revoir les copains, et de s’en faire de nouveaux. De découvrir également des artistes que je ne connaissais pas, comme Little Ginkgo, ou les deux papas de Razorbill, Guillaume Bresch et Marek Dolata.

Le week-end a donc été long et éreintant, mais satisfaisant à tous points de vue. Nous vous proposerons bientôt les interviews réalisées à cette occasion, le temps de les retranscrire.

Pour répondre à ma question du début, je dirais que tout n’était pas parfait, car la perfection n’est pas de ce monde, qu’il y avait un monde fou (preuve du succès du salon) mais que je trouve que l’organisation était calée, les invités disponibles, et surtout que, oui, c’était bien !

C’est mon second Paris Manga et Sci-Fi Show, et une chose est sûre, je retournerai à la 22ème édition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.