Nosferatu – Tome 2

Nosferatu – Tome 2

Retour chez les Nosferatu avec ce Tome 2 qui va nous en apprendre un peu plus sur Laura et ses compagnons.

À la recherche de réponses concernant son amnésie et le destin du frère d’Elisa, nouvellement transformée en Nosferatu, Laura, Elisa et Moroi se dirigent cers le pays des Nosferatu pour affronter son roi, Nicolaï. En chemin, ils vont tomber sur une troupe de missionnaires du Clergé. Rien de méchant pour une Nosferatu comme Laura. Sauf qu’à la tête de ce détachement, un homme possède des pouvoirs supérieurs au commun des mortels, voire à ceux des Nosferatu. Lancé dans une folie inquisitrice, il n’écoute pas les arguments de Laura : un bon Nosferatu est un Nosferatu mort. Blessée, Laura est sauvée in-extremis par Elein, la femme de Nicolaï.

On perd un peu de l’originalité du Tome précédent avec ce nouveau volume. En effet, si la “maladie de sang” des Nosferatu permettait à la série de se démarquer, elle est très peu évoquée dans ce Tome 2. On est plutôt dans une quête somme toute classique d’une compagnie décidée à aller casser du vampire. Et encore. Mis à part quelques pouvoirs particuliers et une certaine forme de cruauté, les Nosferatu pourraient tout aussi bien être des humains. En parlant d’humains, c’est le commandant du détachement du clergé qui, finalement, est plus intéressant que le méchant principal, Nicolaï. En effet, cette sorte de Torquemada survitaminé, semble mû par une folie meurtrière, une haine à l’égard des Nosferatu que rien ne semble expliquer. Même ses pouvoirs n’ont aucune origine précise. De là à le rapprocher de l’amnésie de Laura… Amnésie dont on connaît enfin la cause, d’ailleurs, même si tout n’est pas expliqué.

Comme dans le premier Tome, les dessins de Shinjiro sont toujours assez sombres. Je regrette un certain fouillis dans la mise en page des séquences de combat et d’affrontement qui les rend difficilement lisibles. On profite néanmoins de planches qui sont assez fortement encrées et font légèrement basculer son style vers un manga à l’européenne. J’entends par là que le mangaka n’a pas un trait régulier et épuré comme on en voit souvent, mais que ses dessins sont plus fouillés. Ça se marie d’ailleurs très bien avec l’augmentation de la violence graphique et les corps démembrés et ensanglantés qui parsèment le volume.

Malgré une augmentation de la violence graphique, le scénario de ce Tome 2 est en-deçà du premier. Passée l’intérêt de la spécificité des Nosferatu, on se perd un peu dans l’histoire qui a eu du mal à retenir mon attention, malgré un ton résolument adulte. Pour une série en 4 Tomes en V.O, le troisième a vraiment intérêt à se surpasser car, jusqu’ici, on est à peine dans la moyenne.


  • Titre:  Nosferatu Tome 2
  • Broché : 176 pages
  • Editeur : Soleil Manga
  • Collection : Seinen
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 9782302091788
  • Prix : 7.99€

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.