Le Petit Frère

Le Petit Frère

« Pour des douleurs pareilles, les mots se dérobent, ils ne veulent pas, ils ne peuvent pas… On se tait, on se regarde dans la vérité des yeux et on pleure. »

Le Petit Frère chez Casterman .

On dit souvent que la vie est une question de choix, mais on ne choisit pas  l’heure de la grande faucheuse et su la vie nous offre beaucoup, elle peut-être chienne…

« faire son deuil » expression tellement clichée que je déteste, comme si il y’avait un mode d’emploi, alors qu’au final on apprend à vivre avec et chacun comme il peut…

Un vécu que Jean-Louis Tripp nous livre sans détour nous plongeant dans ce drame arrivé il y’a 46 ans, la perte d’un frère, d’un fils, d’un petit fils, Gilles parti trop tôt, un départ brutal et violent que chacun surmontera à sa manière.

Jean-Louis se remémore avec une narration chronologique qui nous place plus qu’en simple lecteur, ses mots sincères et justes résonnent et bouleversent, quasi en apnée les émotions nous submergent vivant au plus près  l’impact de cette tragédie sur une famille.

Graphiquement, le crayon de l’auteur empreint d’émotions avec des visages expressifs marqués par des larmes et de regards déchirants avec des pages silencieuses mais tellement significatives. L’ensemble relève parfaitement la brutalité et le réalisme des faits, plus que le processus du deuil, on comprend pourquoi ce témoignage et tous les sentiments traversés par Jean-Louis et sa famille.

Une nouvelle confession sans concession comme Jean-Louis le fait si bien dans un concentré intime qui bouscule, chamboule, secoue… vous l’aurez compris, tel un chavirage, nos tripes n’en sortent pas indemnes.

Retrouvez LaMélys sur son instagram -> bullez_with_lamelys

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.