La Colère de Black Adam

La Colère de Black Adam

Ça devient une habitude. Avec un film en approche, les éditeurs proposent une publication anthologique reprenant les grandes lignes, ou grands arcs, de l’histoire du personnage. Black Adam ne fait pas exception à la règle et nous allons pouvoir en apprendre un peu plus sur le personnage dans ce La Colère de Black Adam.

Le premier arc se situe durant l’event 52, qui a vu publié un comic par semaine pendant un an. Autour de la semaine 50, Black Adam a déclenché la troisième guerre mondiale. Suite au meurtre de sa femme, il a décidé de se venger du monde et on peut dire qu’il ne plaisante pas. On a rarement vu autant de morts dans un comic mainstream. Du coup, même si on nous serine que Black Adam n’est pas vraiment un vilain, dans les faits, c’est le cas. Comment appeler autrement un individu surpuissant qui utilise ses pouvoirs sans discernement? John Ostrander signe un scénario un peu complexe, néanmoins, qui nécessite d’avoir suivi la série 52 pour être contextualisé [ce que je n’ai toujours pas fait]. Au dessin, plusieurs dessinateurs alternent : Jack Jadson, Tom Derenick, Andy Smith et j’en passe. Et c’est pas folichon.

Si chronologiquement choisir la mini série 52 – World War III peut se comprendre, ce n’est pas la meilleure introduction au personnage qu’on puisse trouver pour ceux qui ne le connaissent pas.

On continue avec The Dark Age, une mini écrite par Peter Tomasi et dessinée par Doug Mahnke.

Black Adam a été privé de la capacité de se transformer par Shazam à la fin de l’arc précédent. Condamné à se cacher sous la forme de Teth-Adam, recherché pour crimes de guerre, il retourne au Kahndak dans le but de récupérer la dépouille de sa défunte épouse Isis, afin de la ressusciter.

Dans ce récit, Tomasi s’attarde surtout sur la personnalité d’Adam et sa pugnacité sans bornes. Il est prêt à tout pour atteindre son but. Au point qu’un tel acharnement pousse le lecteur à se demander si c’est un amour réel qu’il ressent pour Isis, ou si ce n’est que la manifestation de son ego? L’auteur n’hésite pas non plus à montrer de façon très crue les extrémités auxquelles en arrive Adam pour survivre à sa quête.

Extrémités très bien rendues par Mahnke, graphiquement. Au point que certains passages sont plus orientés adulte que mainstream. Ce n’est pas tous les jours qu’on voit du cannibalisme ou une éviscération dans un comic de super-héros!

Black Adam est un vilain qui ne se voit pas comme tel. Un peu comme Poutine… Avec son sens très personnel des priorités et de la justice, il a le comportement standard du dictateur. Mais avec des super pouvoirs. Cette anthologie est somme toute assez limitée dans la description du personnage, car elle ne se concentre que sur un moment précis de sa destinée. Elle permettra néanmoins de découvrir ses principaux traits de caractère pour comprendre un peu mieux sa destinée sur le papier.


  • Titre : La Colère de Black Adam
  • Album: 272 pages
  • Editeur : Urban
  • Langue : Français
  • ISBN : 9791026811657
  • Prix : 23€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.