Injustice – Le Film

Injustice – Le Film  

Bonjour et bienvenue à tous ! Aujourd’hui, nous allons parler d’une nouvelle sortie de film d’animation DC avec la sortie la semaine prochaine en Blu-ray et DVD du film Injustice.

         Avant toute chose, il est bon de revenir sur la licence Injustice en elle-même. À l’origine, il s’agit d’un jeu vidéo de combats développé par NetherRealm Studios et distribué par Warner Bros. Interactive. L’histoire nous y présentait les héros de l’univers DC débarquant dans une dimension parallèle dans laquelle Superman a complètement vrillé et est devenu un dictateur mondial (si ce n’est plus). Les héros de l’univers que l’on connaît bien s’allieront donc aux quelques héros restants de cette dimension dystopique afin de mettre un terme au règne de terreur de Superman.

         Peu avant la sortie du jeu, DC Comics sort alors au format numérique une petite série de comics dévoilant comment le monde horrible dépeint dans le jeu en est arrivé là. C’est à la fois une occasion de faire monter la sauce avant la sortie du jeu, mais aussi une manière d’en apprendre plus sur cette dimension et à quel point les choses ont mal tourné. La série de comics perdurera finalement assez longtemps, et sera découpée en cinq partie présentant les cinq années qui se sont passées entre l’attaque du Joker sur Metropolis et l’arrivée des héros d’une autre dimension que l’on observe au début du jeu vidéo.

         Partant de ce postulat, on comprend que le film a donc la lourde tâche de devoir présenter les événements des nombreux comics servant de préquel et ceux du jeu vidéo qui clôt l’intrigue. Cela semble bien impossible à faire en 1h18 et c’est effectivement le cas. Au final, il s’avère que le film d’animation suit principalement l’histoire de la première année. Assez fidèlement, d’ailleurs, on retrouve la plupart des événements dans le même ordre, les dialogues et les blagues (on peut notamment entendre le Joker dire qu’il s’est attaqué à Superman pour passer au mode facile et que c’était aussi simple que de taper à mort un chiot avec un chaton ; Harley Quinn dire à Green Arrow d’appeler son QG le Carquois, ou attaquer ledit héros avec un maillet qui fait « squiik », etc). Toutefois, l’intrigue est suivie jusqu’à la moitié du film, à peu près, avant de partir piocher à gauche à droite d’autres idées pour conclure l’histoire plus rapidement.

         Pour spoiler plus en détail (sautez le paragraphe si vous voulez garder la surprise jusqu’au visionnage), on suit tranquillement l’intrigue (avec deux-trois modifications comme la mort prématurée de Flash, par exemple) jusqu’à la mort de Nightwing à l’asile d’Arkham. Après ça, le film va piocher aléatoirement dans l’année deux avec la prison sous-marine, la troisième saison avec Dick Grayson qui devient Deadman, la cinquième saison avec le fantôme de Dick qui aide Damian et même dans les comics Injustice 2 avec l’arrivée de Ra’s Al Ghul qui vient en aide aux forces de Superman. Je dois avouer que c’est assez déroutant quand on suivait jusque-là parfaitement l’intrigue de l’année une et que soudainement, le film semble accéléré en se rendant compte qu’il reste encore beaucoup trop de choses à raconter. Le film se termine alors sur un combat commun contre Amazo (et Robin contre Ra’s), puis un combat Batman contre Superman, pour se finir sur un affrontement entre le Superman méchant et un Superman gentil d’une autre dimension, le tout rushé en très peu de temps, malheureusement.

         Au niveau des design, je ne suis pas très fan du style très anguleux des personnages qui créé un effet de cell-shading trop appuyé (particulièrement au niveau de leurs mains qui ont un gros trait noir pour marquer la césure entre les phalanges et les métacarpes). Qui plus est, les visages des personnages sont assez marqués quitte à en devenir caricaturaux par moments, principalement sur cet énorme menton de Batman pour lui faire une moue de gars pas content. Hormis ces soucis de design, l’animation reste cependant de très bonne facture, dans la lignée de ce que fait DC depuis quelque temps.

         Bref, le film reste finalement sympathique pour passer le temps, mais assez peu mémorable dans son ensemble et ce pour plusieurs raisons majeures ; la principale étant qu’il pâtit de sa durée bien trop courte pour raconter une histoire assez vaste pour tenir sur cinq séries de comics de 320 à près de 500 pages et un jeu vidéo contenant plus de deux heures de cinématiques (en résulte une fin très abrupte et bien trop gentillette pour un sujet si sombre). On notera aussi un manque cruel d’émotion, malgré la mort violente et rapide de plusieurs personnages, le film s’y attarde assez peu, ne laissant pas de place aux spectateurs pour ressentir une quelconque tristesse. Vu le jeu dont est tiré le film, on aurait été en droit de s’attendre à des affrontements dantesques, mais là aussi, rien de bien remarquable (hormis des clins d’œil appuyés aux joueurs en remettant quelques finish move lors des combats).

         Par ailleurs, je ne sais pas trop comment le film aurait réellement pu fonctionner, car contrairement aux films reprenant l’histoire d’un comic et pouvant donc servir de point d’entrée à un nouveau public, ici, on parle d’un jeu vidéo qui a sûrement eu une audience bien plus large qu’un bouquin comme Gotham by Gaslight, par exemple. Le film Injustice risque peut-être même d’être vu par moins de gens que le jeu lui-même.

         En somme, il s’agit là d’un film assez peu intéressant. Si vous voulez voir une bonne histoire, je ne peux que vous conseillez de vous procurer les comics et les jeux vidéo Injustice plutôt que de regarder ce film. Toutefois, si vous n’avez rien d’autre à faire, que vous voulez passer le temps devant un petit film d’animation DC et que vous avez déjà vu tous les autres, vous pouvez foncez vous faire votre propre avis, mais je vous conseillerai de ne vous attendre à rien de trop incroyable. On notera tout de même que le personnage de Wonder Woman est bien moins exécrable dans ce film que dans les comics et les jeux, ce qui peut être un bon point pour tous ceux qui avaient été déçus par le traitement de l’Amazone.

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review

 


 

  • Titre: Injustice
  • Durée : 1h18
  • Éditeur : Warner Bros. Entertainment France (20 octobre 2021)
  • LangueFrançais
  • Prix : 14€99 (BR) et 9€99 (DVD)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.