Détective AI : Real Deep Learning Tome 1

Détective AI : Real Deep Learning Tome 1

On ne parlera pas de B.D, ou de manga, plutôt, aujourd’hui, mais de light novel, avec Détective AI : Real Deep Learning. Eh oui, intéressons-nous au poids des mots.

Le père de Tasuku, lycéen fan de romans policiers, est mort. Si cela ressemble à un accident, le jeune homme est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre, en lien avec les recherches sur l’intelligence artificielle que menait son père. Il commence donc son enquête en parallèle de la police et va tomber sur une mystérieuse carte mémoire, cachée par son père. Cette carte contient la somme des travaux du chercheur, une intelligence artificielle nommée Ai possédant des qualités de détective de génie. Ai apprend à Tasuku qu’elle a une sœur jumelle, Ia, qui est une criminelle, aussi douée qu’elle, volée par une organisation terroriste, Octa-Core. L’intelligence artificielle et le jeune homme vont donc se lancer à la poursuite du meurtrier de son père et de cette organisation terroriste.

Je vais être franc, c’est ma première light novel et c’est le pitch technico-policier qui m’a intéressé. Hayasaka Yabusaka nous propose donc une enquête policière, mais également une étude, à la fois sur le développement de l’intelligence artificielle, mais également sur la dynamique de la relation entre un détective et son assistant. Sauf que le détective est une I.A.

Le côté technologique et développement de l’I.A a été particulièrement bossé par l’auteur. Philip K. Dick et William Gibson ne sont pas loin, du moins dans la description d’une “synthétique” dans la vraie vie. Pour l’ambiance, on est à l’opposé de ces auteurs. Ne vous attendez pas à quelque chose de sombre et violent, on est plutôt dans la catégorie Bibliothèque Verte et Club des Cinq. Même s’il s’agit d’une enquête policière, ce n’est pas un polar, les intrigues n’apparaissant pas comme totalement tordues. Nous ne sommes pas non plus au niveau d’un affrontement Holmes/Moriarty [même si je reste persuadé que c’est l’idée que Yabusaka avait en tête].

Ne nous méprenons pas. Le bouquin est sympa, bien écrit et se lit vraiment très bien. Décomposé en chapitres assez longs, le rythme de lecture n’en est pas pour autant impacté. Surtout, il s’adresse parfaitement à son public : des collégiens et des lycéens. D’autre part, le format assez court du livre est aussi un avantage car, contrairement à beaucoup de gros pavés disponibles en littérature “ado”, se prolongeant généralement par des séries à rallonge, le lecteur sait que ce sera une lecture assez rapide. Même si, pour des lecteurs boulimiques, ça peut être un inconvénient.

Le style d’ Hayasaka Yabusaka est clair et précis bien qu’il ait parfois tendance à se perdre un peu dans ses explications sur l’I.A. Pour ma part, je trouve dommage l’incursion de l’anglais sur plusieurs termes techniques, bien que je pense que ce devait déjà être présent dans la version originale. D’ailleurs, je serais curieux de savoir si le texte est traduit à partir de la V.O japonaise ou à partir d’une version anglaise [ce qui expliquerait quelques petits bugs, sans conséquence, rassurez-vous].

Au final, c’est un petit bouquin sympa à lire que je peux conseiller pour les ados, voire les jeunes adultes. Ça plaira tout autant au gros lecteur, curieux de découvrir autre chose, qu’au novice à qui on l’offrira. Qui plus est, ça plaira surtout au lecteur de mangas, tant le scénario reprend la même dynamique. Sachant qu’un Tome 2 est déjà disponible au Japon, LaNovel nous le proposera probablement en France également.

Le Tome 1 est disponible en format numérique, et la version papier sort en avril.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.