Deadpool – la Collection qui Tue (tomes 40-41)

        Deadpool – la Collection qui Tue

Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, on repart voir la collection Hachette Deadpool – La Collection qui Tue, avec le vingtième envoi contenant les tomes 40 et 41 de la collection !

         Vous connaissez la routine, parlons tout d’abord du premier ouvrage. La Saga de l’Ange Noir, Partie 2, contient la suite de la série Uncanny X-Force de Rick Remender, qu’on avait quittée lors du seizième envoi avec la partie une  dans lequel on retrouvait Deadpool, au sein de la toute nouvelle X-Force, forcé d’aller faire un tour dans l’Ère d’Apocalypse pour trouver une Graine de Vie afin de sauver Warren Worthington et l’empêcher de se transformer en Archangel. Nous retrouvons donc ici la suite, présentant l’affrontement final entre l’Ange Noir et la X-Force.

         Le récit est tourné tout d’abord sur le drame psychologique que vivent les membres de l’équipe, obligés d’affronter leur ami, avant que ce dernier ne détruise le monde tel qu’on le connaît. Cela présentera surtout un grand défi pour Psylocke, dont l’amour pour Warren est connu de tous. Cependant, l’affrontement prend une tout autre tournure quand Wolverine se fait carboniser, que Psylocke se fait enlever et que Fantomex tente de fuir le combat, laissant Deadpool et Deathlok seuls.

         Comme pour le reste de la série, les relations entre les différents membres de la X-Force (conflictuelles et/ou affectueuses) sont au centre même du récit de Remender et sont alors très travaillées. L’équipe est véritablement le grand plus de cet ouvrage et on se lie d’affection pour chacun d’entre eux, malgré leurs défauts et leurs inimitiés. Ce qui est d’ailleurs toujours assez drôle dans le travail de Remender, c’est de finalement se rendre compte que parfois, le personnage le plus sain d’esprit et le plus calme s’avère être Deadpool. Assez perturbant, comme sensation !

         Encore une fois, si les mutants et/ou Wade Wilson vous intéressent et que vous n’avez pas lu cet ouvrage, mettez la main sur cette série, peu importe à quel format, car elle est franchement excellente, finement écrite et aussi divertissante que profonde.

         Le second volume de cet envoi, Suicide Kings, contient un mélange de plusieurs œuvres tournées autour de Deadpool. Principalement, la série homonyme Suicide Kings dans lequel Deadpool va se voir être faussement accusé d’un meurtre, ce qui va le voir être traqué par le Punisher, Daredevil ou encore Spider-Man. Puis, un annual de Deadpool nous présente un jeu télévisé du type X Factor dans une version stéroïdée et bien plus violente, alors que Deadpool s’y introduit incognito pour mener à bien un contrat. Enfin, dans Shang-Chi: Master of Kung-Fu 1, Deadpool se joint à l’artiste martial dans une course à moto mortelle et dangereuse.

         La première série est franchement bonne, assez divertissante bien que parfois assez incongrue. Elle se lit vraiment très bien et l’apparition des différents héros et vilains de l’univers Marvel qui viennent agrémenter le récit donne un vrai petit plus à la lecture. On retrouve Wade dans une intrigue qui rappelle un peu Le Fugitif ou U.S. Marshals avec un personnage principal accusé à tort qui va tenter de retrouver le vrai coupable tout en étant chassé par des maîtres traqueurs (à la différence près que ce récit est saupoudré de blagues salaces). Par ailleurs, le style graphique et scénaristique ainsi que l’ambiance ne sont pas sans rappeler la série Deadpool (vol. 3) de Daniel Way.

         Malheureusement, le tome ne se termine pas là et nous propose deux récits que je n’ai pas du tout appréciés. Le premier cherche à se moquer les émissions chocs de la télévision, mais tombe dans la facilité de nous présenter quelque chose d’aussi choc et stupidement violent. Par ailleurs, le récit est trop faible pour justifier tout le déroulé de l’action et on ne fait que suivre Wade avancer dans une compétition absurde et abrutie sans que ça n’ait de réel sens.

         Puis, dans le second, Deadpool affronte Shang-Chi et tout un tas de figurants dont le principal objectif sera de mourir pour réduire le nombre de participants à la course. Hormis un style graphique en noir et blanc assez plaisant, le récit est aussi long et ennuyeux, qu’improbable et inintéressant. Personnellement, je trouve que c’est une bonne chose de présenter tous les récits existants de Deadpool dans cette collection, mais ce genre de comics auraient peut-être eu leurs places dans la rubrique « le Caméo du Tueur », permettant de raconter rapidement les histoires dans lesquelles Deadpool est apparu plutôt que de nous les présenter dans leur totalité.

         Bref, pour synthétiser, c’est un très bon envoi, nous proposant deux tomes plutôt bon dans l’ensemble, le premier étant tout simplement excellent pour l’un, et le second oscillant entre une première série très bonne et deux récits additionnels assez médiocres et/ou oubliables.

         Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.