Deadpool – La Collection qui Tue (tomes 38 et 39)

Bonjour et bienvenue à tous ! Cette semaine, on repart voir la collection Hachette Deadpool – La Collection qui Tue, avec le dix-neuvième envoi contenant les tomes 38 et 39 de la collection !

Vous connaissez la routine, parlons tout d’abord du premier ouvrage. Celui-ci, intitulé Le Mariage de Deadpool, comprend deux chapitres de la quatrième série de Deadpool (qu’on avait plus vue depuis le 28ème tome, présent dans le 14ème envoi), accompagné d’un chapitre spécial datant de l’événement La Mort de Wolverine, présentant une nouvelle alliance entre le Mercenaire Disert et Captain America.

Bien qu’il y ait deux chapitres de Deadpool (vol. 4), les deux n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Dans le premier, on poursuit le gag de Posehn et Duggan consistant à faire croire que de vieux comics de Deadpool ont été retrouvé dans les tiroirs de la Maison des Idées. Et cette fois-ci, ce n’est pas n’importe quoi : l’intrigue nous raconte comment Deadpool a aidé Nick Fury à tuer Hitler, après que ce dernier ait récupéré une machine à voyager dans le temps du cadavre d’un voyageur temporel venu le tuer… cela implique donc un récit noir se déroulant dans les années 50, un combat de gros robots dans le centre-ville, et des voyageurs temporels ! Je ne suis généralement pas fan de ces « vieux » récits, mais celui-là est tellement improbable et bourré de gags qu’il est sincèrement excellent !

Le second chapitre de Deadpool (vol. 4) est assez particulier car il met en scène le Mariage de Deadpool ! Ainsi, après un récit de 20 pages nous présentant la découverte de la future mariée, puis la mise en place du mariage et enfin le mariage lui-même, les anciens auteurs ayant travaillé sur le personnage au fil des années viennent célébrer cet instant en nous proposant plusieurs récits présentant divers « relations amoureuses » qu’a pu avoir Deadpool. Étant donné qu’on est ici face à plein de courtes histoires réalisées par divers scénaristes et dessinateurs, tout n’est clairement pas du même niveau ; on passe ainsi de très bons moments de lecture à d’autres un peu moins intéressants ou agréable à lire, malheureusement. Cela dit, les nombreuses intrigues nous permettent de nous rappeler les différentes facettes que le Mercenaire Disert a pu avoir depuis sa création en 1991.

Enfin, le tome se termine par le spécial Death of Wolverine: Deadpool and Captain America. Après la mort de Wolverine dans l’événement du même nom, plusieurs personnes souhaitent récupérer des échantillons du mutant griffu pour en faire des expériences (clones, améliorations du génome, etc). Heureusement, le vieux Captain America et Deadpool, les anciens amis de Logan sont là pour veiller au grain. Et quand une dague contenant du sang de Wolverine est récupérée par l’A.I.M., ils passent tous les deux à l’action pour mettre la main dessus et la détruire. Le récit de Gerry Duggan nous permet de passer un agréable moment, alors que deux anciens compagnons se rappellent la triste vie de Logan et font ainsi leur deuil en se remémorant les bons (mais aussi les mauvais) souvenirs qu’ils ont passés avec feu leur ami. Un très bon chapitre aussi amusant que touchant.

 

Le second volume de cet envoi, Pavé de Bonnes Intentions, contient la suite de la série Cable and Deadpool ! Et c’est dans un contexte assez particulier qu’on retrouve nos deux compères, car au même moment se déroule l’événement Civil War !

Alors qu’une loi de recensement des super-héros a été votée, deux groupes émergent : d’un côté, ceux qui suivent la loi et qui ont révélé leur identité au gouvernement ; de l’autre, les hors-la-loi, qui souhaitent rester anonyme pour diverses raisons. Pour Wade Wilson (dont n’importe qui peut connaître l’identité), le choix du camp est assez simple… encore plus quand le gouvernement l’embauche pour arrêter les super-héros non recensés ! Bien qu’il soit assez stupide pour attaquer des super-héros déjà recensés plutôt que des hors-la-loi (parce qu’il n’a pas lu les listes des héros à appréhender), il est heureux d’enfin agir de manière légale !

Malheureusement, Cable a  plutôt un penchant pour l’autre camp, surtout parce qu’il sait les horreurs que ce genre de loi pourra entraîner dans le futur. Son but va alors être de faire en sorte que Deadpool change de camp, peu importe les moyens.

Après quoi, on découvre que le gouvernement des États-Unis (un peu agacé par le comportement cavalier et arrogant de Cable, qui les a un peu rabaissé aux yeux du monde) décide de mettre au point un complot visant à mettre à mal la réputation du mutant en s’attaquant à la fois à l’île de Providence, mais aussi au pays qu’il dirige, le Rumekistan.

Il s’agit d’un très bon ouvrage, présentant trois récits liés, aussi drôle que prenant. Je noterai tout de même un petit défaut : je n’accroche pas du tout aux dessins de Reilly Brown qui me font un peu penser à du John Romita Junior. Ça se laisse lire, mais ce n’est franchement pas attrayant.

Bref, c’est donc un très bon envoi, présentant des récits intéressants, bien que les illustrations ne soient pas toujours au niveau, et que les divers récits du Mariage de Deadpool ne sont pas tous aussi bons les uns que les autres.

Sur ce, à la semaine prochaine pour une nouvelle review !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.