Dai Dark – T1

Dai Dark – T1

Le nouveau titre de Q-Hayashida, a qui l’ont doit le Fameux Dorohedoro, qui malgré le succès critiques et toutes les bonnes choses que j’entends n’a pas encore atterrie dans ma PaL !

On va pas tergiverser 10 ans ! Dai Dark c’est un grand oui et ça propulse directement Dorohedoro dans ma PaL de série à lire dès que je termine Space Brother mais ça ça sera pour une autre fois !

Bref Dai Dark c’est quoi ? c’est l’histoire de Sanko Zaha qui a la chance ou plutôt la malchance d’avoir la réputation que ces os pourrait exaucer n’importe quels vœux, alors tu image bien que le pauvre Sanko il va avoir chaud au c** à chaque seconde, on veut pas lui faire la peau mais les os !

On est donc sur ce postulat de base qui a lieu dans la noirceur de l’espace infini de la terreur de la mort très dangereuse toussa toussa, parce que oui, Dai Dark c’est Dark mais plutôt drôle, a mis chemin entre le manga d’humour et le manga trashouille l’équilibre se fait parfaitement grâce à la candeur de Sanko et surtout son team-up avec Son Sakadoh ! Qui tout comme Sanko a une personnalité ultra bien écrite, Avakian de son prénom est capable de se transformer en humanoïde complètement bizarre et peux à peut prêt avoir les mêmes fonctionnalités que le sac de Mary Poppins et permet à Sanko de s’équiper que ce soit avec sa peau des ténèbres ou avec ses des os des ténèbres pour se défendre et casser des gueules, parce que oui, la monnaie de cet univers c’est de la tripaille, du san, des os, et de la peau !

Dis comme ça on aurai plutôt tendance a penché pour un manga plutôt malsain et très gore alors que pas du tout, tous ces éléments malgré leurs présences bien visuelle reste secondaire tant l’écriture des personnages et l’enrobage de l’univers fonctionne. Sanko est un ado immature et plutôt simplet au premier abord, on s’attache très vite à lui et on a envie de le voir évolué et de même pouvoir lui filer un coup de mains bien qu’il se débrouille plutôt bien tout seul le bougre.

Dai Dark c’est clairement déjanté, mais avec un équilibre qui permet au titre de jongler entre humour et sérieux sans jamais avoir à choisir.

Graphiquement ceux qui ont lu Dorohedoro s’y retrouveront très vite, pour ma part j’ai eu un peu de mal au début, mais passé la 1àene de pages ça devient bien plus fluide et on s’aperçois de plus en plus du nombre de détail et du travail fourni pour nos petite mirette !

Sans vraiment d’avis ou d’apriori au départ j’ai rapidement accroché à ce titre et je ne saurai que vous le recommandé tant j’ai adoré ce moment de lecture qui tranche de tout ce que je lis habituellement.

 

A Lire absolument !


 

  • Titre : Dai Dark – Tome 1
  • Pages : 180 pages
  • Editeur : Soleil manga
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-1648271168
  • Prix : 11.95€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.