Cyberwar : Tomes 1 à 3

Cyberwar : Tomes 1 à 3

La guerre, c’est mal! Encore plus quand il s’agit d’une cyber-guerre. Eh oui, nous, à l’époque, Mondiale, qu’elle était, la guerre! [Tu l’as, la référence?]. Mais au 21ème siècle, Tout passe par internet. C’est ce que nous proposent les Tomes 1 à 3 de la série Cyberwar.

Les États-Unis sont l’objet d’une cyber-attaque de grande ampleur. Tout le pays est paralysé : les infrastructures sont à l’arrêt, il n’y a plus d’électricité et les villes commencent à être la proie des pillards, débordant à la fois la police et l’armée. Jack, un américain moyen, tombe dans la confusion sur un homme assassiné. Alors qu’il lui fait les poches, l’homme se redresse et lui confie une clé USB pouvant changer le cours de cette cyber-attaque, à confier uniquement au président.

Tout au long des trois Tomes, nous allons suivre les destins parallèles de Jack, dans son road trip à travers les U.S.A ; de Lancaster, agent de la CIA à la recherche du groupe de terroristes à l’origine de l’attaque ; et de Nora, astronaute dont l’unique but est de retrouver ses enfants.

Daniel Pecqueur nous sert un scénario au long cours détaillant de façon réaliste les effets que pourrait avoir une cyber-attaque sur la première puissance mondiale. En plus des effets sur les économies, les infrastructures et le pouvoir politique, Pecqueur s’attache surtout à nous montrer la chose du côté humain. Ou inhumain, plutôt. Dans un monde où les règles sont floues, l’abomination du caractère de l’humanité prend le dessus. Sans foi ni loi, les américains s’en prennent les uns aux autres, volant, pillant, violant et tuant sans remords. Loin des considérations politiques, c’est une véritable étude de l’horreur de la société qui nous est présentée. Le pire? C’est que l’auteur a certainement raison!

Si je peux comprendre l’utilité de Jack, homme de la rue témoin à la moralité douteuse des événements, et de Lancaster, le James Bond du récit, je n’ai toujours pas saisi ce que Nora venait faire dans cette histoire. Son parcours n’apporte rien à l’histoire, si ce n’est son quota de personnage noir et féminin. Lancaster n’est qu’un suer-espion de plus, pour qui la fin justifie les moyens. Jack, quant à lui, a une caractérisation aux petits oignons, comme je les aime. Ni héros, ni vilain, il n’est qu’un péquin lambda pris au milieu d’une histoire qui le dépasse. Et la seule fois où il tente de faire les choses bien, il se retrouve en garde à vue au FBI. À vous dégoûter de jouer au héros!

Les dessins sont assurés par Denys. En résumant au maximum, on est dans du pur franco-belge moderne proposant des planches au trait appliqué, avec un encrage très visible et une mise en couleurs classique (assurée par Jean-Paul Fernandez). J’ai alterné la lecture des trois Tomes de la série entre ma tablette et les albums papier. Je dois avouer que le rendu sur tablette est un peu meilleur, le format de l’image étant plus petit et permettant de gommer quelque imperfections sur les visages qui apparaissent sur certains gros plans [oui, je sais, c’est une fixette chez moi]. Néanmoins, Denys rend une copie irréprochable en termes de découpage et de mise en page. Ses planches sont impeccables et permettent de se plonger dans l’action ou, au contraire, de développer l’empathie pour les personnages (avec notamment les femmes qui prennent cher tout au long du récit).

Cyberwar est un récit d’action/espionnage qui n’a rien à envier aux romans de Tom Clancy. Le scénario est bien ficelé et surtout suffisamment réaliste pour accrocher le lecteur. La partie graphique très honorable plaira au plus grand nombre. Mon seul bémol serait la dernière page de l’histoire : mais pourquoi? [spoil] Je comprends de finir avec Jack, mais cet optimisme radical ne convient ni au personnage, ni au récit.

Pour le reste : foncez si vous avez envie d’un avant-goût de fin du monde.


 

  • Titre:  Cyberwar : Tomes 1 à 3
  • Broché : 48 pages
  • Éditeur : Delcourt
  • LangueFrançais
  • ISBN-13 : 9782413002734 – 9782413013334 – 9782413027638
  • Prix : 14,50€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.