Bettie Hunter – Tome 1

Bettie Hunter – Tome 1

Dans l’espace, à la frontière de l’infini, personne ne vous entendra crier. Car dans l’espace il y a des terriens, pas bien vus du tout, mais pas du tout. Et Bettie en fait partie.

Bettie? Une terrienne coincée dans l’espace mais qui n’a jamais vu la Terre et qui fait les frais d’un racisme anti-terrien primaire aux quatre coins de la galaxie. Parce qu’elle arpente l’espace pour son boulot de chasseuse de primes. Même si, souvent, ça ne lui rapporte pas grand-chose.

Mais Bettie, c’est plus que ça. On la surnomme BAC +15. Elle a une connaissance de la xénobiologie et de l’évolution des espèces à faire pleurer Darwin. Il faut dire que, sous la férule de Harvey, son robot/protecteur/bibliothécaire/père de substitution, elle a dévoré des tonnes de livres. Un peu comme toi, lecteur, avec les bandes-dessinées. Un jour, elle est engagée pour retrouver une personne sur une planète reculée. Sauf que tout ne va pas se passer sans anicroches.

On va commencer par l’ambiance générale : c’est fun! Il y a bien longtemps que je n’avais pas lu une B.D qui s’éclate et qui prend le contre-pied de ce qu’on lit d’habitude. Aurélien Ducoudray nous propose une histoire tirée par les cheveux mais qui, bizarrement, se tient. Voir ce petit génie condamnée à faire la chasseuse de primes, en subissant le racisme anti-terrien qui semble être de mise dans tout le cosmos, ça donne un sentiment d’appartenance.  Non pas que je sois rejeté par des extra-terrestres… Mais en prenant une thématique classique d’orpheline surdouée qui met à profit ses connaissances, en la plaçant juste dans une ambiance décalée, Ducoudray nous propose une histoire qu’elle est vachement chouette à lire.

C’est Marc Lechuga qui assure la partie graphique avec une style épuré et limite cartoony. Ça se marie super bien avec tous les extra-terrestres qui peuplent le volume. On a un petit côté Tank Girl dans le graphisme [et dans l’esprit de la B.D, d’ailleurs] qui nous attire dans l’univers du titre. Au niveau mise en page, on se rapproche plus des comics que de la B.D européenne classique, avec un enchaînement de cases de tous formats qui dynamise la lecture. Par contre, ne loupez pas la lecture de la présentation de Lechuga au début du volume, c’est totalement décalé. Et je me demande encore ce qui est vrai dedans.

Ces quelques lignes pour nous amener au plus gros problème de ce volume : c’est à suivre!!! [Oui, le Tome 1 en gros sur la couverture aurait dû me mettre la puce à l’oreille] Non, mais ça va pas? J’ai besoin de lire la suite après ce cliffhanger digne d’un vieux serial. Allez hop! L’auteur, le dessinateur et l’éditeur, on se bouge et on nous remet le couvert au plus vite.


 

  • Titre: Bettie Hunter – Tome 1
  • Broché : 64 pages
  • Editeur : Glenat
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 9782344039304
  • Prix : 15.50€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.