Un nouveau film de Kevin Smith, c’est toujours un événement pour moi. Et même si on sort de la sphère comics, on reste quand même dans la périphérie, au vu du C.V du bonhomme. Alors donc, c’est parti pour une leçon de yoga de 1h28.

Dans Yoga Hosers, nous suivons Colleen C et Colleen M, 15 ans et demi, genre, une paire de besta folles de musique et de yoga. D’ailleurs, comme le dit leur yogi, Bayer [qui se prononce Yogi Bear en V.O et est un des gags à répétition du film], le yoga, c’est la vie. Alors qu’elles doivent aller à une fête trop top, le père de Colleen C les informe qu’il part en voyage et qu’elles doivent s’occuper de la supérette où elles travaillent toutes les deux. La loooooooose! Il en résulte que la fête doit se déplacer à la supérette, car Colleen M craque trop pour Hunter Calloway… Mais une fois sur place, Hunter va craquer son slip et connaître des ennuis de saucisses.

Intrigués? Ouais, ben je dois vous avouer que les vingt premières minutes m’ont laissé perplexe, mais après, on se dit que Smith a carrément pété un plomb! Vous lisez la suite à grands risque de spoils.

Donc, ces premières vingt minutes nous donnent l’impression d’assister à un Clerks 2.0, mettant en avant la jeunesse actuelle, accro aux magazines de potins et aux réseaux sociaux. Hashtag “ jamais sans mon téléphone ”. En franchise, quoi. Y’a deux choses avec lesquelles on plaisante pas : le portable et les fringues. Voilà pour vous situer le niveau des Colleen (Lily-Rose Depp et Harley Quinn Smith).

Mais tout ça, au Canada… Donc c’est pas la vraie réalité. D’ailleurs, Smith s’en donne à cœur joie en délirant sur les expressions Québécoises et les jeux de mots un peu lourds [Jeu de mots lourd? On m’appelle?]. Si on y rajoute les clins d’œil en arrière-plan, on pourrait renommer ce film “ Y a t-il un Clerk pour sauver le Canada? ”.

Ce film est une série Z assumée, bourrée de références à d’autres films, telle l’entrée de Hunter dans la supérette, façon Brad Pitt dans Thelma et Louise ; mais également Gremlins ou Critters. D’ailleurs, l’utilisation d’une présentation façon jeu vidéo 8 bits avec la musique qui va bien pour chaque personnage fait, en quelque sorte, le lien entre les années 80, très présentes dans l’esprit du film, et Yoga Hosers. On remarquera aussi de nombreuses références aux comics. Hé, c’est Kevin Smith! Il a ses propres comics shops et a scénarisé plusieurs titres.

Tout au long du film, les relations, mais également les différences entre ados et quadra/quinqua, ressortent et sont portées par les second rôles.

Tout d’abord par la prof de sport du lycée, archétype même de l’incompréhension devant ce quelle nomme la “ génération regardez-moi ”, même si elle tente de se rapprocher de ses élèves par l’enseignement d’un yoga plutôt “ militaire ”.

La prof d’histoire ensuite (Vanessa Paradis), donnant un cours sur les nazis Canadiens afin de bien capter l’attention de sa classe pour un gros moment de portnawak.

Bob, le père de Colleen C, dont la relation hyper protectrice qu’il entretient avec sa fille peut faire écho à celle que Smith entretient avec la sienne. Même si Bob est complètement débile, ne pense qu’avec ses parties génitales et se fait mener par le bout du gland par sa compagne…

Johnny Depp, ensuite [oui, Smith a fait tourner toute la famille] en Guy LaPointe, un chasseur d’hommes Québécois venu résoudre les mystères de la petite ville et qui nous livrera, lors du final, un grand numéro, mettant un point d’orgue à cette incompréhension culturelle intergénérationnelle.

Vous aurez même droit à un #caméodelamort dont je vous laisse la surprise.

Outre ces considérations, et ce qui me laisse penser que Smith est devenu fou, c’est le pitch central du film. Tenez-vous bien. On se base sur cette histoire de nazis Canadiens pour découvrir que le Führer Canadien s’est auto-cryogénisé dans un congélateur après s’être cloné à base de saucisse fourrées à la choucroute. Réveillé trop tôt car les Colleen ont fait sauter les plombs, il s’avère que ses clones ne sont pas complètement formés. On se retrouve donc face à une invasion de mini nazis tueurs en forme de saucisses : les Chipotzis! Si ça c’est pas du 100% Z!! Pour mettre en scène un nazi cryogénisé se réveillant dans le sous-sol d’une supérette avec ses mini-clones-saucisses et des velléités artistiques, j’aurais plutôt vu Jim Wynorski. Mais cette absurdité, Smith l’assume complètement. Rien n’est sacré, tout est prétexte à la bouffonnerie. J’en veux pour preuve le fait de faire créer à un nazi un golem hockeyeur, créature mythique typiquement juive.

On assiste donc, devant Yoga Hosers à un pur film WTF! On sent que tous les protagonistes, réalisateur comme acteurs, se sont éclatés avec ce film. Suite de Tusk, sorti en VOD en 2015 [et que je n’ai toujours pas vu, honte à moi], j’ai surtout l’impression que Smith a voulu offrir un premier rôle à sa fille et s’amuser avec ses potes. Par contre, vu qu’il règle aussi ses comptes avec la critique, j’ai intérêt à faire gaffe à mes miches! Allez, bientôt disponible en France?