Buffy au Japon

Commençons par le commencement. D’Après le petit Doc’ (le petit Robert anglais !) Wayward veut dire entêtée, imprévisible.

On retrouve donc au scénario Jim Zub (Samurai Jack, Wayward, Skullkickers…), et au dessin Steve Cummings (Grimm Fairy Tales, Wayward…).

Wayward fait partie des titres images comics, qui ont relancé l’éditeur en 2014, à savoir une vague de titres frais et d’un nouveau genre, qui côtoie les grands incontournables comme Walking Dead, SAGA, mais aussi les nouveautés de Snyder (Wytches.. ) et Remender (Deadly Class, Low, Back Science..).

Wayw

Le pitch est vraiment très simple, en gros c’est Buffy au japon ! J’espère que vous aurez aimé ma review ! Allez salut !!!

Non plus sérieusement, c’est à mon avis un hommage pleinement assumé à cette série mais avec tout le folklore de la culture Japonaise.

On débarque donc au japon, accompagné de notre Héroïne pour la première fois, Rori Lane de son doux nom (irlandaise de par son père et japonaise de part sa mère). Nous avons à faire à une ado qui a décidé de toute reprendre à zéro, mais on comprend vite que, plus qu’une décision, c’est une fuite de chez son père due à des relations plutôt mauvaises. Elle rejoint donc sa mère à Tokyo, qu’elle n’a pas vue depuis des années.

Le passé reste volontairement flou, on évolue durant tout le titre au côté d’une ado, dans toute sa splendeur, perdue, suite à un divorce qu’on imagine plutôt pénible entre les deux cultures.

Forcement, vous vous en doutez, on ne va pas vous raconter le déroulement du divorce toussa toussa… On rentre très rapidement dans le vif du sujet car à peine arrivé notre chère Rori fourre son nez un peu partout (surtout là où il faut pas), et s’attire forcement des emmerdes et oui…. elle attire surtout du cassos aux pouvoirs mystérieux (un peu comme elle en fait). Et comme dans Buffy on a de l’action, du mystère, du surnaturel et même un genre de Scooby-Gang qui se créer avec des ados complètements bizarres.

Wayward04-page2

J’apprécie énormément la lecture de ce titre car ça va très vite et directement à l’essentiel. La question est “Wayward veut il nous faire oublier Buffy pour prendre sa place ?

Et ben NON ! Pas du tout ! Mais, on pourrait le croire, entre le lycée, le groupe d’ados aux super-pouvoirs, les monstres etc…, les clins d’œil et références à l’œuvre de Joss Whedon y sont nombreux.

Soyons clair Wayward ne renouvelle pas du tout le genre, mais c’est vraiment plus qu’agréable à lire. Le trait manga et les couleurs vives te balance une jolie claque (Dans ta FACE !!!!) et ça rend l’univers parfaitement cohérent (une japan-americanisation, quoi ça existe pas ?! Maintenant si !).

Le comics impose son rythme. Il se concentre sur un mystère et ne mets pas trois plombe à vouloir poser, voire imposer, comme dans certains titres, une ambiance. Je trouve que ça se fait de manière naturelle, au fil de la lecture et c’est très efficace.

J’apprécie aussi qu’on ne se penche pas vraiment sur le destin de l’héroïne en nous racontant que, au final elle va mourir parce que elle doit sauver le monde et que… et merde on s’en tamponne ! On a quelques petites infos ci et là mais rien de lourd et pénible. C’est parfait.

Mais ne vous inquiétez pas quand même, notre héroïne, la petite Rori, ramasse aussi ses dents; pas forcément à cause des monstres. C’est une rouquine irlandaise qui débarque dans un japon très conservateur, donc, malgré le fait qu’elle parle couramment japonais, elle reste la petite Gaijin aux cheveux rouges. Autant dire que l’intégration semble dès le départ très compromise.

Wayward1

Le petit plus des comics : à la fin, on retrouve quelques pages préparées par un spécialiste de la culture japonaise, nous expliquant un peu les monstres, système éducatif japonais, etc…. des petites infos qui sont très sympas quand on n’est pas très au courant de tout ça.

Il y a actuellement 5 issues de Wayward et le TPB est prévu courant avril. C’est pour moi, sans aucun doute un coup de cœur, grâce à un scénario léger mais plein d’action et une palette de couleur en parfaite harmonie avec le coup de crayon un peu manga, tout ça rendant à cette série une ambiance géniale.

UN MUST HAVE.

Review sur les issues #1 à #5


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline