Trees est le genre de comics qui m’attire rien que par le scénariste. Ce n’est pas la première fois que je lis du Warren Ellis, mais j’attendais cette sortie. Les visuels de Jason Howard m’ont rapidement conforté sur l’attrait de cette série.

image-comics-trees-1-cover-ellis-howard

L’histoire est mise en place rapidement et se déroule dix ans après que les Arbres géants aient atterri partout sur terre, voilà en gros ce que l’on sait le seul flou que l’on retrouve souvent c’est que l’on ne sait pas ce qu’ils sont, ce qu’ils font, s’ils sont « vivant » ou pas et surtout ce qu’ils veulent.

Rapidement on se rend compte que les zones autour des arbres sont abandonnées à leur sort, au crime et a la violence ; alors qu’à l’inverse les zones plus éloignées ont pu prospérer en gardant les structures sociales adéquates. Nous suivons donc plusieurs groupes de personnages dont les vies ont été affectées par ces obélisques, que ce soit par la surveillance scientifique ou artistique, la proximité géographique ou pour une quête personnelle d’identité.

L’histoire est fluide et on se laisse facilement porter par la direction que donne Ellis au récit.

On passe d’un groupe de personnages à l’autre, et les dialogues sont sacrément bien travaillés pour que cela ne nous sorte pas de l’histoire. C’est un régal. C’est, pour moi, une des forces du scénario.

Graphiquement Jason Howard, fait le taff, cependant je trouve que sur certains visages le rendu est plutôt bizarre. Certaines planches sont vraiment superbes, mais dés qu’il y a des détails, je trouve ça rend un peu moins bien. Cela n’enlève rien au talent du monsieur, et le récit soigné permet de rester dans l’histoire malgré ces petits défauts.

a15fc2bbbc95a3f9bc26b9d8963d1c39

L’intrigue est travaillée et donne vraiment envie d’en savoir plus. Beaucoup de question restent sans réponse, et j’ai vraiment hâte de voir comment les personnages vont évoluer, surtout la protagoniste qui est « guidée » par le vieux bonhomme. Et surtout découvrir où Ellis veux nous emmener avec ses Arbres.

Je ne compte pas vous parler trop de l’histoire, car le découpage et la façon dont se déroulent les événements sont vraiment a lire. Sincèrement jetez-vous dessus.

À dix euros le Tome 1, qui en plus contient les huit premiers numéros de la version originale, il ne faut pas hésiter. Ce titre ne vous décevra absolument pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline