Cowanbunga !!!

Les Teenage Mutant Ninja Turtles (TMNT) ou Tortues Ninja ont bercé mon enfance, comme celle de beaucoup d’autres, principalement par le biais de la série animée des années 90 (qui n’a pas le générique encore en tête ?).

Les comics de Kevin Eastman et Peter Laird, les créateurs originaux des tortues, eux sont beaucoup moins connus. Mais le relaunch de ce titre mi-2011 change la donne.

10TMNT

 

Nous attaquons donc cette nouvelle histoire dans la rue, en plein combat entre Splinter et les trois reptiliens (Oui, trois !! Pourquoi ??!!! nous y reviendrons un peu plus tard), contre un chat nommé Old Hob et son armée de gros bras, tout ça généreusement conté (non, pas le fromage !!) par notre cher Sensei…

Une bataille simple, efficace, mais très courte. Ponctuée d’une victoire, mais avec un goût amer. Rapidement le regret fait son apparition, une tortue est manquante, Raphaël n’est plus parmi ses frères. Sur la dernière page on aperçoit notre tortue seule dans la rue…

On retrouve donc nos héros dans un centre de recherches 18 mois plus tôt, en compagnie d’une jeune stagiaire répondant au doux nom d’April O’Neil ! Ce n’est pas le seul nom connu que l’on voie passer, le Général Kang, le mutagène, etc… Rien n’est laissé de côté, et en quelques pages on retrouve rapidement les bases pour tous les fans des Tortues. Mais attention, cela n’empêche en rien les nouveaux lecteurs, qui n’auraient pas cette culture TMNT, de se retrouver perdus par des tonnes de références.

Pourtant, voir notre April avec sa combi jaune, n’est pas qu’un détail. Cela réveille des vieux souvenirs ! Tout l’univers de nos Tortues est habilement remanié, sans être trop lourd en changement et en écriture. La personnalité des quatre tortues apparaît déjà lors de la première bataille, mais prend tout son sens lorsque la jeune stagiaire (et non, n’en déplaise aux fans, dans le comics originel, elle n’est pas reporter) leur donne un nom. Ce retour aux sources pour April lui permet d’avoir plus de consistance, avec un rôle à sa hauteur par la suite, et pas seulement la jolie fifille en danger enlevée par des Ninjas.

april

Aux dessins Dan Duncan, ainsi que Mateus Santolouco sont très bons (avec ma préférence pour le second), et dès les premières pages, ils nous en offrent une double ! Nous mettant direct dans l’ambiance. Ils apportent une vraie vie aux reptiles.

MichelangeloLeonardoDonatello, et Raphaël ne se reconnaissent pas par la couleur de leur traditionnel bandeau, mais par leur arme et la couleur de leur peau. Il ne faut pas non plus oublier la coloriste Ronda Pattison, son travail s’accorde parfaitement avec les dessins pour donner à ce comics un ton un peu plus sombre et moins enfantin que la série animée qui nous a bercé…

En somme un relaunch réussi et une série à ne surtout pas rater.

Review Issue #01 a #04

 


1 commentaire

Philcore · 8 février 2015 à 9 h 28 min

Cool ça donne vraiment envie de tester, si on retrouve ce côté punk de la série d’origine, je fonce dessus!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline